Bonne nouvelle pour Mercedes-Benz. Avec plus de 2 millions de ventes en 2016, le constructeur allemand a retrouvé sa place de numéro un des voitures haut de gamme, perdue au profit de son concurrent BMW en 2005.

N°1 avec quatre ans d’avance

Mercedes-Benz affiche en effet une excellente santé. En 2016, ses ventes ont augmenté de 11,3%. La marque à l’étoile a écoulé 2.088.900 voitures à travers le monde. Son rival BMW s’est contenté d’un total de 2.003.359 véhicules vendus, soit une hausse de 5,2% par rapport à 2015. Les deux groupes sont suivis de près par leur concurrent Audi du groupe Volkswagen, qui a vendu  1,87 million de voitures l’année dernière (+3,8%).

Dès 2011, Mercedes-Benz s’était fixé pour objectif de redevenir numéro un du premium d’ici 2020. « Nous y parviendrons cette année, avec quatre ans d’avance sur notre objectif« , s’était félicité en décembre dernier Dieter Zetsche, président du groupe Daimler (maison-mère de Mercedes). La firme était restée à la traîne, jusqu’à ce que Mercedes a décline sa gamme vers le bas avec les Classe A compactes, et multiplie les lancements de nouveaux modèles.

Multiplication des modèles et diversification géographique

En 2016, la marque lançait sur le marché sa Mercedes Classe Erécemment désignée voiture la plus innovante de l’année par Auto-Moto. Cette série intermédiaire s’est déclinée en break, puis en cabriolet et coupé.
Mercedes a ensuite commercialisé son SUV compact GLC Coupé puis a profité du Mondial de l’auto de Paris pour présenter son concept-car d’une voiture de luxe 100% électrique avec une autonomie de 500 kilomètres. Une manière de concurrencer Tesla, en pointe dans la branche de l’automobile électrique.

La multiplication des modèles s’accompagne d’une diversification géographique. Mercedes a mis l’accélérateur sur le marché chinois, pour rattraper ses concurrents Audi et BMW. Le groupe a également inauguré une nouvelle usine d’assemblage le 23 mars dernier au Brésil, à Iracemapolis près de Sao Paulo, avec une capacité de production de 20.000 unités par an. Enfin, Daimler compte aussi investir 580 millions d’euros d’ici 2018 dans son usine hongroise de Kecskemét près de Budapest.

Association avec la France

Côté Europe de l’ouest, Dieter Zetsche s’est allié à Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan en avril 2010. Le groupe allemand détient 3,1% du groupe franco-japonais. Renault et Nissan possèdent chacune 1,55% de Daimler. Traduction de cette alliance, les moteurs diesel Renault 1,5 et 1,6 dCi équipent les modèles d’entrée de gamme des Mercedes A, B et C.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances auto