MENU

Les constructeurs automobiles sont dans le viseur de Transport & Environnement (T&E). Dans un communiqué publié ce lundi, l’organisation écologiste assure soupçonner Volkswagen et Fiat de trucage sur le système de surveillance de la pression de pneumatiques. Obligatoire depuis novembre 2014 sur chaque nouveau modèle, ce TPMS (pour Tyre Pressure Monitoring System) doit prévenir du risque d’échauffement ou d’éclatement des pneus, ainsi qu’éviter un allongement des distances de freinage.

« Tout cela, pour économiser quelques dizaines d’euros »

« Le Dieselgate, c’est l’histoire d’un logiciel truqueur auquel ont recours les constructeurs au mépris total de la santé du public qu’il expose à des émissions toxiques. Cette fois-ci, il se pourrait que les constructeurs usent d’un logiciel trompeur pour faire en sorte qu’un système TPMS peu performant passe haut la main les tests de sécurité. Tout cela, pour économiser quelques dizaines d’euros », explique Julia Poliscanova, en charge des véhicules propres et de la qualité de l’air chez T&E. Bilan : certains capteurs de pression de pneus, indiquant au conducteur si ses pneus sont sous-gonflés, ne fonctionneraient pas en circulation comme lors des tests d’homologation.

Capteurs de mesure « indirect » ou « direct »

Selon T&E, Volkswagen et Fiat, entre autres, auraient ainsi tendance à privilégier les capteurs TPMS de mesure « indirects » qui s’avèrent moins coûteux que d’autres systèmes dits TPMS « directs » lors de leur phase d’homologation (1). Et certains tests d’homologation menés par T&E en laboratoire sur une Volkswagen Golf 7 et une Fiat 500, équipées de pneumatiques de formats identiques mais de marques différentes (Michelin et Continental), auraient montré que les capteurs TPMS ont parfois échoué à donner l’alerte à temps.

« Nos propres tests démontrent clairement que les systèmes TPMS de mesure indirecte de la pression des pneus font courir un danger aux automobilistes, aux piétons comme aux cyclistes », poursuit Julie Poliscanova. L’experte tempère toutefois en déclarant que « T&E ne peut se permettre d’accuser formellement l’un ou l’autre des constructeurs », leurs tests effectués étant « parcellaires » et devant être bientôt menés sur un échantillon de véhicule plus large.

(1). Les TPMS indirects déduisent la pression des pneus à partir d’autres données (capteurs de l’ABS, différence de vitesse de rotation des roues placées sur un même essieu…) mais ne la mesurent pas directement au contraire des TPMS directs, capteur installés dans les valves de gonflage des pneus. Moins fiables, les TPMS indirects sont pourtant aujourd’hui largement répandus dans les véhicules les plus récents.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto