MENU

Les contrefaçons chinoises s’insinuent jusque dans le secteur de l’automobile. Le salon de Shanghai (Chine), qui s’est ouvert ce mercredi, donne lieu cette année encore à son lot d’accusations de plagiat de la part des constructeurs étrangers du monde entier.

Marques haut de gamme sereines

« Nous le prenons comme un compliment » a réagi en riant le patron de Mercedes en Chine, Hubertus Troska. Il montrait un modèle « made in China » étrangement semblable au 4×4 Mercedes Classe G, exposé dans la même allée.

Un peu plus loin, la marque chinoise confidentielle Zotye présente un 4×4 compact qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la Macan de Porsche. A la différence près que ce sosie chinois est vendu presque six fois moins cher.

Porsche a rétorqué que ses modèles ne s’adressaient pas à la même clientèle. « Les amateurs de belles voitures verront aisément la différence entre la Porsche Macan et la copie du fait du design, de la finition et de la qualité générale » a assuré Anja Wassertheurer, directrice de la communication produit et technique du constructeur de Stuttgart. Si les marques haut de gamme se disent sereines, tous les constructeurs n’abordent pas le problème avec la même décontraction.

Actions judiciaires inutiles

Le Britannique Land Rover a lancé en 2014 une action judiciaire contre le 4×4 X7 du constructeur chinois  Land Wind. Le véhicule polémique est exposé non loin de la Range Rover Evoque auquel il ressemble un peu trop, ce qui n’a pas empêché Land Wind de réagir en entamant à son tour une procédure judiciaire pour plagiat contre Land Rover !

Les chances d’obtenir une condamnation de Land Wind devant les tribunaux chinois sont « extrêmement faibles » a jugé Li Yanwei, analyste de l’Association chinoise des concessionnaires automobiles.

La législation locale sur les brevets ne reconnaît le plagiat que si la forme et la taille des deux véhicules sont parfaitement identiques. Quelques éléments modifiés sont ainsi suffisants pour éviter une condamnation. Le litige peut même se retourner pour le plaignant, comme c’est arrivé à Honda en 2015 après 11 ans de procédure contre Shuanghuan Automobile, accusé d’avoir copié le 4×4 CR-V pour son 4X4 Sceo. Le Japonnais a dû verser 16 millions de yuans, soit environ 2 millions d’euros, pour « dommage à la réputation » de son adversaire.

Développement du design chinois

Les experts du secteur pensent que les actions judiciaires deviendront inutiles, dès lors que les constructeurs chinois auront amélioré leur maîtrise de la conception automobile. « Il y a eu un temps où le design n’était pas au cœur des préoccupations des constructeurs chinois, qui faisaient avant tout du produit. Maintenant, il y a en Chine un développement de la création originale » a estimé Christophe Cayrol, chef du centre de design de Citroën à Shanghai.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto