MENU

Les constructeurs automobiles vont devoir se mettre au pas concernant la sécurité routière en Europe. Réunis jeudi 29 novembre au Conseil européen, les ministres de l’Industrie de l’Union européenne (UE) ont adopté un projet de règlement rendant obligatoire une dizaine de dispositifs « avancés » d’aide à la conduite dans toutes les nouvelles voitures mises sur le marché. Ces dispositifs seraient applicables en série d’ici à trois ans, rapportent Les Échos.

Pas d’éthylotest embarqué

Parmi ces systèmes d’aides à la conduite, les ministres ont sélectionné le freinage d’urgence automatisé, l’aide au maintien de la trajectoire, une fonction optionnelle d’adaptation intelligente de la vitesse, la détection de la somnolence, des ceintures de sécurité nouvelle génération ou encore le contrôle automatique de la pression des pneus.

Les éthylotests embarqués, empêchant d’allumer le moteur en cas d’alcoolémie constatée, ont été écartés du texte final. Les ministres demandent toutefois aux constructeurs de tout faire pour qu’ils soient largement adoptés par les automobilistes, notamment en abaissant les coûts et en simplifiant leur installation.

D’autres dispositifs à venir

De nombreux dispositifs de sécurité innovants ont déjà été implantés dans les véhicules depuis quelques années, avec des effets très positifs sur la sécurité routière, selon la Commission européenne. Mais le « règlement sur la sécurité générale » n’avait pas évolué depuis 2009. Dans un second temps, quatre autres dispositifs avancés devront être adoptés, dont les caméras de recul.

D’autres mesures ont été prises par l’exécutif européen. Des normes sur les pare-chocs empêchant les cyclistes de passer sous les roues du véhicule ont été adoptées. Auparavant moins contraints, les SUV vont devoir s’aligner sur les normes des véhicules légers. Le règlement pour les bus, cars et vans a été revu avec des obligations spécifiques. Les poids lourds devront désormais embarquer la détection automatique des piétons.

Le texte, une fois revu et corrigé par le parlement pourrait être adopté au premier semestre 2019 pour une application à l’horizon 2022 ou 2023. Son application ne devrait pas poser de problèmes aux constructeurs qui soutiennent globalement ces propositions.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto