MENU

Les automobilistes vont devoir lever le pied. La limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire à double sens s’applique depuis le 1er juillet dernier. En l’espace d’un mois, les radars automatiques ont flashé deux fois plus de conducteurs qu’à la même période l’année dernière. Plus de 500 000 personnes auraient commis un excès de vitesse.

Les étrangers moins bien informés

La transition s’avère brutale pour les automobilistes. « On peut sans beaucoup d’hésitation attribuer cette hausse au passage aux 80 km/h », a reconnu Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, dans un communiqué du 31 juillet dernier. Près de deux flashs sur trois (62%) ont ensuite généré une contravention. Le nombre de véhicules étrangers pris sur le fait a notamment été multiplié par 2,4 par rapport à l’an dernier.

En revanche, le nombre de véhicules flashés immatriculés en France n’a été multiplié que par 2. « Les étrangers sont bien moins informés sur le sujet que les Français », analyse Emmanuel Barbe. Le bilan aurait pu être encore plus lourd si les forces de l’ordre n’avaient pas fait preuve d’une certaine souplesse. « Il y a eu une tolérance durant ce mois de juillet par les forces de l’ordre », a expliqué Emmanuel Barbe ce mercredi 1er août sur RMC/BFMTV.

Vers la fin de la tolérance

Cette approche n’est plus d’actualité. « Nous pensons que cette mesure est utile, qu’il faut faire baisser la vitesse de tous. Il n’y aura pas de tolérance », prévient le délégué. Les opposants à la mesure ne désarment pas. « On continue à se demander si le gouvernement a pris cette mesure pour faire baisser le nombre de morts ou pour augmenter les recettes des radars », a déclaré Valérie Louyot, coordinatrice du secrétariat national de la Fédération des motards en colère.

Fin juillet, le juge des référés du Conseil d’Etat a rejeté la suspension du décret. Cette demande venait d’une cinquantaine de députés opposés aux 80 km/h. Les élus assuraient que les conditions d’urgence nécessaires à son application n’étaient pas établies. De son côté, le gouvernement répète que baisser la vitesse de 10 km/h permettra de sauver jusqu’à 400 vies par an. Cette mesure devrait inverser durablement la courbe de la mortalité routière.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto