MENU

Comment est née l’idée de Wilov ?

Wilov est née de ma propre expérience. Après la naissance de mes jumeaux, l’achat d’une voiture a vite été nécessaire, notamment pour les longs trajets. Je me suis rendu compte que l’assurance auto était un poste de dépense conséquent et d’autant plus frustrant qu’elle est obligatoire, contrainte. Alors que je ne conduis pas ma voiture tous les jours, je suis tout de même tenu de souscrire un contrat à l’année.

En outre, l’expérience client n’est pas toujours des plus agréable. Les assureurs font remplir des formulaires longs, demandant de nombreux renseignements privés. En retour, ils ne sont pas toujours très transparents sur ce qu’ils garantissent réellement et les utilisateurs n’y comprennent pas grand chose. Nous avons voulu créer un produit que nous aurions envie d’utiliser mais aussi de recommander à nos amis, nos proches, notre famille. Une assurance auto simple d’utilisation et adaptée à l’usage réel des conducteurs.

En quoi votre offre est-elle différente des formules « Pay as you drive » ?

Les formules « pay as you drive » calculent le montant de la prime selon le nombre de kilomètres parcourus à l’année. Elles réfléchissent en termes de distance. Or, ce n’est pas parce qu’on n’utilise pas sa voiture tous les jours qu’on ne fait pas de longs trajets. Cette offre peut être très rentable pour un conducteur, mais il ne faut pas qu’il dépasse les 2000 km par an.

Nous nous sommes donc positionnés non pas sur la distance, mais sur la fréquence d’utilisation, en proposant une formule « Pay when you drive ». Nos tarifs sont scindés en deux : vous payez un abonnement mensuel entre 15 et 30 euros selon votre véhicule et à chaque fois que vous roulez, vous réglez un micro-paiement, d’un ou deux euros. Vous pouvez alors faire le nombre de kilomètres que vous voulez et prendre votre voiture autant de fois que vous le souhaitez, sur une fenêtre de 24 heures, pour le même prix. Nous sommes les premiers au monde à proposer cette formule.

Anne-Claude Pont, Phillipe Breuils et Pierre Stanislas, fondateurs de Wilov

Comment sont assurés les conducteur chez Wilov ?

Nos conducteurs sont assurés à l’année, qu’ils roulent ou non, par une formule tous risques. La garantie assistance zéro kilomètre est également intégrée d’office dans tous nos contrats, car 2/3 des accidents interviennent dans les 50 premiers kilomètres autour du domicile du conducteur. C’est Suravenir Assurances, une filiale du Crédit Mutuel Arkéa, qui garantit tous nos contrats. Nous voulions avoir un acteur sérieux et important pour rassurer les utilisateurs.

Comment faîtes-vous pour savoir qu’un conducteur prend sa voiture ?

Nous avons inventé une pastille connectée qui doit être collée à l’intérieur du véhicule de l’assuré. Dès qu’il roule, celle-ci se relie à l’application Wilow, disponible sur votre smartphone. Le conducteur n’a rien à faire, dès qu’il démarre, le compteur se déclenche. Il s’éteint quand le moteur est coupé. Nous voulions proposer une alternative simple à l’installation du boîtier des formules au kilomètre, car elle représente un frein réel pour les utilisateurs.

L’application et la pastille connectée Wilov

Comment cela se passe-t-il si quelqu’un d’autre prend le volant ?

S’il s’agit d’un second conducteur, celui-ci est donc relié au contrat d’assurance. Il doit alors lui aussi télécharger notre application, qui sera reliée à la pastille du véhicule assuré. S’il s’agit d’un prêt de volant, il est également possible de le signaler grâce à un bouton prévu à cet effet sur l’application. Par contre, comme dans tous les contrats, les franchises seront plus élevées.

Pourquoi avoir choisi une souscription uniquement digitale ?

Nous avons voulu nous adapter aux usages d’aujourd’hui. Quand on cherche quelque chose, notre premier réflexe est toujours de prendre notre smartphone. Il nous fallait donc créer une assurance auto que l’on peut souscrire depuis son téléphone, en peu de temps. Nous avons réduit le formulaire à sept questions. Si le tarif donné convient au conducteur, il peut alors souscrire notre offre, depuis son canapé, en moins de 10 minutes. Grâce à la visioconférence, c’est comme si un conseiller venait chez l’assuré, pour l’épauler. Il lui suffit de retourner son téléphone, montrer les documents administratifs demandés. La signature du contrat se fait au doigt, sur son smartphone. En 10 minutes, il est possible de changer d’assurance auto.

Votre offre est-elle réellement sans engagement ?

Nous avons voulu aller plus loin que la loi Hamon, qui permet de changer d’assurance auto tous les ans. Pour faire face au départ potentiel de leurs assurés après 12 mois, les assureurs ont dû proposer des tarifs plus attractifs, mais ils se rattrapent souvent sur les frais de dossier. Aussi, chez Wilov, il n’y en a pas, et nos assurés peuvent partir quand ils le souhaitent, sans frais de résiliation. Nous sommes les premiers à proposer cela, car pour nous, c’était une évidence. Ca va dans le sens de l’histoire, c’est ce que les clients attendent. Nous voulons bousculer le monde de l’assurance et pour cela, nous devons être disruptifs. Je crois que ce qui nous aide, c’est que nous ne sommes pas assureurs à la base. Pour nous, la page était blanche, notre œil était neuf. Nous avons vraiment pu partir des besoins du client.

La gestion au quotidien de son assurance auto, via l’application Wilov

Les malussés et les jeunes conducteurs ne peuvent pas souscrire une assurance chez vous. Souhaitez-vous les inclure à l’avenir ?       

En effet, notre jeunesse ne nous permet pas encore d’assurer des conducteurs plus risqués, comme les malussés ou les jeunes conducteurs. C’est une contrainte de départ, mais nous travaillons pour étendre notre offre.

L’application n’est aujourd’hui disponible que sur l’Apple store. Prévoyez-vous d’élargir aux utilisateurs d’Android ?

L’application Android arrive au mois de juin. Pour les conducteurs n’ayant pas d’Iphone, il reste possible de souscrire notre offre. Nous les mettons sur liste d’attente et dès juin, il pourront confirmer leur venue chez Wilov.

Wilov est très centrée sur l’innovation. Pourtant, la voiture semble un marché en crise, voire même pour certains en fin de vie. Pourquoi avoir fait le pari de l’auto ?

La voiture est en effet très stigmatisée, les conducteurs sont vus comme des pollueurs. Cependant, on ne pense pas assez à ceux qui habitent dans les régions péri-urbaines et qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture faute de transports en commun assez développés. La voiture reste un élément de liberté, notamment pour les familles. Les ventes de véhicules électriques ne cessent de progresser. Le marché automobile n’est pas en crise, il est en transformation. Et le monde de l’assurance auto doit suivre.

Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    5 commentaire(s)

    1. François Dalmières

      J’ai un second véhicule que j’utilise assez peu car je ne m’en sert que quand il pleut à la place de ma moto. Mais il m’arrive d’avoir à la bouger à l’intérieur de mon garage en mettant le moteur en route mais sans quitter mon domicile. Dans ce cas il y a une journée facturée ?

      1. LesFurets.com

        Bonjour François,

        Très bonne question. La logique sous-entend que oui.
        Dès que le capteur reconnaît votre téléphone, vous êtes facturé.

        Merci,

        LesFurets.com.

        1. Deparis

          Pas vraiment, Il faut que le badge et le téléphone communiquent ensemble mais qu’un déplacement soit enregistré. On n’est pas facturé si on rentre dans la voiture avec le téléphone et que l’on ne roule pas. Je suis client depuis quelques mois et j’en suis très satisfait.

    2. BOEY Michel

      Bonjour.
      Qu’avez vous contre les conducteurs qui on plus de 75 ans , l’age n’a rien à voir dans la conduite , vous avez des mauvais chauffeur à tout les ages .
      J’ai 77 ans je conduis depuis l’age de 18 ans et j’ai à mon actif plus de 2.000.000 de kilomètres .
      Je suis domicilié dans la région bordelaise , l’année dernière je me suis rendu dans la région lilloise 758 km effectués dans la journée puis un second voyage sur la côte d’azur 792 km dans la journée aussi, j’aime conduire et j’estime ne pas être encore mort , avec vous j’ai l’impression que si , vous verrez lorsque vous aurez mon âge si la même chose vous arrive.
      Nous vivons maintenant dans une société ou les personnes âgés n’ont plus leur place .
      Cordialement

      1. Laurent

        Bonjour mon cher Monsieur, SI vous avez toutes vos capacité c’est honorable et beaucoup de gens comme vous devrait suivre votre exemple. Sachez tout de même mon bon monsieur que les + de 60 ans ne représente que 20% des accidents mais qu’ils sont dans 75% du temps responsable. Des pays comme l’Angleterre oblige une visite médicale au delà de 60 ans et la France devrait en faire autant car des personnes dangereuses sur la route sont souvent les petits vieux roulant à faible allure avec des véhicules hors d’age mal entretenus et sans clignotant avec dans leur t^te un code de la route qui à plus qu’évolué en 50 ans.

    Comparer les devis auto