MENU

Reprogrammation de moteur, boîtiers électroniques et légalité

Lorsque vous souhaitez augmenter la puissance de votre véhicule, deux possibilités s’offrent à vous :

  • la reprogrammation du calculateur électronique d’origine du véhicule afin de changer les paramètres configurés par le constructeur,
  • la pose d’un boîtier additionnel.

Facile à enlever et moins onéreux, c’est souvent le boitier additionnel qui est choisi.

Disponibles sous de multiples marques et adaptés aux modèles essence ou diesel, les boitiers additionnels se branchent généralement entre le calculateur d’origine et le système d’injection. L’électronique présente dans le boitier intercepte les signaux envoyés par le calculateur avant de les renvoyer vers l’injection de manière optimisée. Ces boîtiers ont pour but d’augmenter la puissance moteur d’une voiture (reprises à l’accélération, déclenchement du turbo plus rapide), ce qui offre une conduite plus agréable.

L’article 326-16 du code de la route précise en effet que : «Tout véhicule isolé ou élément de véhicule ayant subi des transformations notables est obligatoirement soumis à une nouvelle réception du véhicule ». Si la loi française ne tolère aucun changement au niveau du moteur, elle donne toutefois une faveur d’homologation de la part de la DRIRE (Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement).

La carte grise doit aussi être changée. Si la démarche n’est pas faite, l’assurance de la voiture reprogrammée ou munie d’un boitier additionnel n’est plus valable et vous vous retrouvez donc dans l’illégalité.

Il est donc possible d’augmenter la puissance du moteur légalement, mais sous certaines conditions.

Quels sont les risques et obligations liés à l’installation d’un boitier additionnel ?

Il est rarissime qu’un simple contrôle routier donne lieu à verbalisation du fait qu’il est difficile de constater la présence de ce boitier sans vérification approfondie. Celle-ci ne sera ordonnée que dans le cas d’un véhicule présentant des performances pour le moins surprenantes. La situation va par contre se compliquer en cas d’accident, surtout causé par une vitesse excessive.

Les problèmes viendront alors de deux côtés : la justice et l’assurance auto. S’il s’avère que la puissance supplémentaire apportée par le boitier additionnel est à l’origine de l’accident, les sanctions peuvent être la suspension ou l’annulation du permis une peine d’emprisonnement et de très lourdes amendes ainsi que la confiscation du véhicule.

L’installation d’un boitier doit être déclarée à votre assureur. La prime étant calculée sur base des kW du véhicule, celle–ci sera très certainement revue à la hausse. Assurance auto et boitier additionnel ou reprogrammation du moteur sont donc compatibles.

Sachez cependant qu’en cas d’accident, l’assureur indemnisera les dommages causés aux tiers, mais ne manquera pas de réduire ou de refuser l’indemnisation pour ce qui est des dommages que vous avez subi. Il vous faudra alors trouver un autre assureur, ce qui risque d’être compliqué et onéreux, la nouvelle compagnie étant informée de votre erreur passée et de votre statut de conducteur malussé.

Le conseil d'Hervé !
Selon les forces de l’ordre, les excès de vitesse sont la cause principale de 26% des accidents mortels. Augmenter la vitesse de son véhicule reste donc une entreprise dangereuse. Respectez scrupuleusement les limitations de vitesse en vigueur !
Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto