MENU

Tout savoir sur les distances de sécurité

Selon le code de la route, il est obligatoire de bien respecter les distances de sécurité. Cette distance vous permettra d’éviter une collision en cas de ralentissement brusque ou d’arrêt subit du véhicule devant vous. Pour cela, des distances ont été calculées en fonction de la vitesse à laquelle vous roulez et des capacités de freinage des véhicules.

Ceci résulte d’un calcul précis en fonction du nombre de mètres parcourus à la seconde :

  • A 50 km/h, vous parcourez 15 mètres par seconde.
  • A 90 km/h, vous parcourez 27 mètres par seconde.
  • A 130 km/h, 39 mètres sont parcourus par seconde.

Pour calculer la distance de sécurité, multipliez le chiffre des dizaines de km/h (vitesse à laquelle vous roulez) par 6. Exemples :

  • à 50 km/h, laissez 30 mètres entre votre véhicule et celui qui précède
  • à 90 km/h, 54 mètres
  • à 130 km/h, 78 mètres.

Dans certains cas, des règles sont admises, notamment sur l’autoroute. Sur cette voie rapide, il est convenu que vous deviez laisser deux traits au sol entre vous et le véhicule qui vous précède. Mais cela dépendra également de la nature du véhicule, une petite citadine freinant plus rapidement qu’un 3,5 tonnes.

Quel PV pour un non-respect des distances de sécurité ?

La conduite d’un véhicule sans laisser de distance de sécurité est punie par la loi. Vous pourrez écoper d’une amende de 135 euros et perdre trois points sur votre permis de conduire. Mais il faut savoir qu’une amende pour non-respect des distances de sécurité est facilement contestable.

En effet, au moment d’être verbalisé, vous vous apercevrez que les PV ne précisent généralement ni la vitesse du véhicule verbalisé ni la distance relevée et celle qui aurait dû être respectée. Comment donc calculer la distance de sécurité que vous auriez dû respecter ?

Un arrêt du 16 septembre 2014 de la Cour de Cassation (pourvoi 13-84613) confirme que sans distance ni vitesse mentionnées sur le PV, aucun magistrat ne peut apprécier le caractère dangereux de la distance constatée au moment des faits.

Tous ces facteurs vous permettent de contester votre PV mais il est difficile, seul, de trouver les bons arguments. Souvent, les personnes concernées font appel à un avocat spécialiste de l’automobile qui saura mettre en lumière les failles du PV. Sachez que si vous bénéficiez d’une protection juridique, les frais pourront être pris en charge par votre assurance auto.

Le conseil d'Hervé !
Vous disposez d’un délai de 45 jours pour contester une amende forfaitaire. Après ce délai, vous pourrez encore contester l’amende forfaitaire majorée pendant 30 jours.
Comparer les devis auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto