MENU
Comparateur d'assurance auto
Comparez gratuitement des centaines de devis d'assurance auto et économisez en moyenne 308€* par an
Comparer
Partager sur

Véhicule électrique sans permis, comment ça fonctionne ?

La grande différence entre une voiturette électrique sans permis et un véhicule classique réside dans le fonctionnement. Dans le cas d’une voiture sans permis, les commandes sont grandement simplifiées. La boite de vitesse, par exemple, est automatique par obligation légale : ce qui signifie que le véhicule n’est pas doté d’une pédale d’embrayage.

Une situation relativement pratique pour les conducteurs moins expérimentés, qui n’auront dès lors plus besoin de se préoccuper de certaines manœuvres, comme les démarrages en côte. Grâce à cette configuration, il sera impossible de caler lors du redémarrage. Le conducteur aura alors juste besoin de son pied droit pour commander la pédale de frein et l’accélérateur.

La boite de vitesse d’un véhicule sans permis se compose alors de 3 lettres seulement qu’on appelle des sélecteurs :

  • Le sélecteur R qui signifie « Reverse » : cette position est dédiée à la marche arrière.
  • Le sélecteur N qui signifie « Neutral » : pour mettre le véhicule au point mort. Vous utiliserez ce mode en priorité pour stationner votre véhicule, tout en actionnant le frein à main pour vous assurer d’un arrêt total dans de bonnes conditions. De cette façon, vous éviterez à la voiture tout mouvement au moindre choc surtout si vous comptez vous garer en pente.
  • Le sélecteur D qui signifie « Drive » : cette position est dédiée à la marche avant. Dans ce cas de figure, la voiturette avance de quelques km/h, sans que vous ayez besoin d’agir sur les pédales. En revanche, il vous sera vivement recommandé de garder le pied droit sur la pédale de frein avant chaque démarrage, ou à chaque arrêt du véhicule notamment lorsque vous comptez stopper à un feu rouge. De cette manière, vous éviterez que le véhicule n’avance tout seul.

Qui peut conduire une voiturette électrique sans permis ?

Les voiturettes sans permis sont des moyens de locomotion moins dangereux et plus simple d’accès que les véhicules classiques. Il est ainsi possible de les conduire dès l’âge de 14 ans.

Pour commencer, la vitesse maximum de ces engins est limitée à 45 km/h dans la plupart des cas. Les risques de collision ou d’accident grave sont ainsi plus limités, et les dégâts occasionnés sont moins importants.

Même si le permis n’est pas nécessaire pour conduire une voiture électrique sans permis, il est tout de même obligatoire d’avoir le BSR : le Brevet de Sécurité Routière pour toutes les personnes nées après le 1er janvier 1998.

Il faut également noter que depuis le mois de janvier 2013, la législation a évolué sur ce point : désormais, le permis AM est obligatoire pour toutes les personnes qui souhaiteraient conduire une voiturette, mais qui ne disposerait pas du permis B ou B1. Pas d’inquiétudes cela dit, puisque le permis AM se présente comme une version améliorée du BSR, et n’est pas considéré comme un permis à point.

Marques et modèles des voitures sans permis électriques actuellement sur le marché

Les véhicules électriques sans permis rencontrent une popularité croissante, on constate désormais une progression des ventes de 10% chaque année, et les constructeurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à ce marché.

Le constructeur AIXAM est le leader du marché européen et produit actuellement 1500 véhicules sans permis par an. Il propose plusieurs gammes de voitures sans permis électriques et diesel, dont la nouvelle gamme Émotion sortie en 2020 qui propose un design moderne et 3 déclinaisons : City, Coupé et Crossline/Crossover.

On retrouve aussi, parmi les constructeurs de voitures sans permis, la marque Bellier qui commercialise notamment la série B. La Bellier B8 est fortement inspirée de la Fiat 500.

Chatenet est aussi une marque à citer. Elle est notamment connue pour son modèle CH26, copie de la célèbre Mini en voiturette. Mais aussi pour son modèle CH40 Junior équipé de nombreux équipements de série : lève-vitres électriques, fermeture centralisée, jantes en aluminium, etc.

Sans oublier les petites dernières qui font beaucoup parler d’elle : la Citroën AMI et la Renault Twizy. Si la première, accessible dès 6000€ grâce aux aides de l’État, a rendu « cool » la voiture sans permis électrique avec son design moderne, son toit panoramique et son autonomie de 70 km. La deuxième est devenue le véhicule 100% électrique le plus vendu en Europe.

Prix d’une voiture électrique sans permis

Sur le marché du neuf, les voitures sans permis électriques sont plus chères que leurs homologues diesel ou essence.

Quand une VSP neuve dotée d’une motorisation diesel se vend entre 10.000€ et 18.000€, une VSP essence coûte entre 14.000€ et 20.000€, et pour un véhicule sans permis électrique neuf, comptez généralement entre 15.000€ à 25.000€.

Mais vous pouvez aussi trouver une voiture électrique sans permis de bonne qualité sur le marché de l’occasion entre 6000 et 9000€.

Le conseil de François !
Bonne nouvelle, assurer une voiture sans permis vous coûtera moins cher qu’une assurance auto classique, tout simplement parce que les risques d’accident sont plus limités. Mais comme le risque zéro n’existe pas, il est tout de même important de bien la protéger. Comparez les offres proposées par nos nombreux partenaires assureurs pour lui trouver une couverture adaptée au meilleur prix.
Comparer les devis auto
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis auto