Des contrôles et des conducteurs

Dans sa vie de conducteur, un automobiliste et son véhicule sont appelés à subir divers contrôles. S’assurer que le conducteur est en état de conduire et que sa voiture est en état de rouler est la finalité de ces contrôles plus ou moins inopinés.

Contrôle technique : véritable bilan de santé du véhicule, le contrôle technique vérifie 124 points, dont 72 imposent une correction et une contre-visite en cas d’anomalies détectées. Pour les véhicules de moins de 4 ans, il intervient une première fois dans les 6 mois qui précèdent le quatrième anniversaire. Le contrôle a lieu ensuite tous les deux ans ou lors de la vente du véhicule si le précédent contrôle a plus de 6 mois.

Contrôle d’alcoolémie : L’alcool et le volant ne font pas bon ménage. Un taux d’alcoolémie compris entre 0,5 g et 0,8 g d’alcool par litre de sang entraîne le retrait de 6 points et l’application d’une amende de 135 €. Un taux supérieur à 0,8 g est synonyme de 6 points en moins, d’une amende pouvant atteindre 4 500 €, de la suspension jusqu’à 3 ans du permis et dans certains cas son annulation.

Contrôle routier : lors d’un contrôle de police ou de gendarmerie, le conducteur doit présenter son permis de conduire, le certificat d’immatriculation du véhicule (carte grise), l’attestation d’assurance.

Une coûteuse journée de distraction

Julien est pleine période d’examen, ce qui a pour effet de le rendre assez distrait en ce qui concerne le quotidien. Ce matin, Julien se met au volant de sa voiture pour aller faire quelques courses au supermarché voisin. Quelques centaines de mètres plus loin, il est arrêté par deux policiers procédant à un contrôle routier.

Aussitôt après avoir stoppé sa voiture, Thomas prend conscience qu’il a oublié de prendre la sacoche qui contient les papiers du véhicule, mais également son argent liquide et sa carte bancaire. Il explique aux policiers la pression qui pèse sur lui en raison des examens et ajoute qu’il est jeune conducteur et n’a donc pas l’habitude de prendre les documents obligatoires liés à la conduite automobile.

Un des policiers regarde l’arrière de la voiture et constate l’absence du signe A, ce qui lui vaut une amende supplémentaire de 35 €. Incapable de prouver qu’il est assuré et les apparences étant défavorables, Thomas écope en même temps d’une amende de 135 € au titre de l’article R.233-3 du Code de la route.

Thomas dispose de 5 jours pour présenter ses papiers au commissariat. Accaparé par ses examens Thomas oublie, ce qui porte l’amende à 135 €. Le résultat financier de cette journée est une perte sèche de 316 €, ce qui rend cher la distraction.

Comparer les devis auto
Comparer les assurances auto