Au cours du premier trimestre 2017, le prix des logements neufs a connu une véritable flambée : 5,1% sur les trois derniers mois, touchant davantage certaines régions où le marché est plus tendu. Ainsi, en Ile-de-France, l’augmentation des prix a atteint 7,6%. Dans la région lyonnaise, elle a grimpé de 6,4%, rapporte Les Echos.

« Tempérer les appétits de la sphère privée« 

Comment expliquer ce phénomène ? Il serait accentué par les propriétaires privés, « qui tirent profit des travaux financés par la collectivité pour valoriser leur parcelle » tandis que « certaines villes et aménageurs tentent d’encadrer les procédures de production de logement et ont cessé de mettre leurs terrains aux enchères » a pointé Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Face à ce constat, « il faudrait trouver des mécanismes pour tempérer les appétits de la sphère privée » a ajouté la responsable. Elle appelle ainsi Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires fraîchement nommé, à mettre en œuvre un « choc d’offre ». Pour rappel, le ministre avait promis la stabilité du cadre législatif du secteur du logement lors de sa prise de fonction ce mercredi.

Un abattement dégressif

Pour « pousser les propriétaires à vendre« , la FPI propose aussi de réformer l’impôt sur la plus-value sous la forme d’un abattement dégressif. Comme le précise le quotidien économique, cet avantage s’élèvera à 66% si le terrain est vendu l’année où sera prise la mesure (ou dès que le terrain deviendra constructible). L’abattement tombera à 50% l’année suivante, puis à 25% les années qui suivront. De quoi inciter les propriétaires à saisir l’occasion.

Comparer les devis emprunteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances emprunteur