L’immobilier neuf et ancien est en hausse. Les prix ont augmenté de 3,1 % en moyenne pour l’année 2016 dans l’ancien et de 2,2 % dans le neuf selon les données du baromètre LPI-SeLoger.

Pour 2016, le prix moyen d’un bien ancien s’est affiché à 3.465€ le m² signé. Dans le détail, l’augmentation des prix a davantage touché les maisons (+3,7 %) que les appartements (+2,8 %). Pour les biens neufs, la tendance est la même. Les maisons neuves, qui se négocient à 2.428€ le m², ont vu leur prix augmenter de 3,7 % quand les appartements, qui se négocient à 4.551€ le m² en moyenne ont vu leur prix varier de +1,9 % sur un an.

Pas seulement à Paris !

Et alors que l’hiver est traditionnellement une saison creuse pour les ventes de biens immobiliers, l’évolution est de +1,7 % dans l’ancien et +1,5 % dans l’immobilier neuf pour les trois derniers mois. Les taux d’emprunts toujours favorables stimulent les transactions immobilières, qui ont progressé de 11,9 % entre janvier 2016 et janvier 2017.

Le dynamisme du marché immobilier n’est pas seulement visible à Paris. Les ventes de logements anciens progressent sur tout le territoire sauf dans le Limousin, note SeLoger. Provence-Alpes-Côte d’Azur, Pays de la Loire et Poitou-Charentes sont d’ailleurs les régions où le nombre de ventes immobilières connaît la plus forte poussée, avec une hausse de plus de 25 % sur les trois derniers mois.

Comparer les devis emprunteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 commentaire(s)

    1. Cédric Doly

      C’est faux, les prix n’augmentent pas et les ventes se font à coup d’exonération d’impôt pour venir en aide à ce marché asphyxié malgré les 40 milliards que lui verse chaque année l’État français, afin de maintenir artificiellement des prix élevés qui servent de base de calcul aux multitudes impôts prélevés par l’État, tels que la taxe foncière, la taxe d’habitation, la contribution foncière des entreprises, les droits de mutation, etc. Toute l’économie dépend du marché de l’immobilier.
      Toutes les aides accordés par l’État n’ont pas pour objectif d’aider les acheteurs, mais bien de soutenir ce marché qui s’effondrera, lorsque l’État ne sera plus en mesure de le soutenir fasse à sa dette incontrôlable. Réfléchissez bien avant d’acheter pour investir, l’immobilier n’est pas un placement sûr dans ce contexte économique.

    Comparer les assurances emprunteur