erreur-demande-de-pret

Ces erreurs qui peuvent coûter cher d’une manière ou d’une autre

Contrairement à une idée très répandue, la première marche vers un emprunt immobilier n’est pas le choix de l’habitation. Celui-ci doit en effet être dicté en priorité par les aspects budgétaires :

  •  Le montant de votre apport personnel
  •  Le montant maximum des mensualités à multiplier par le nombre d’années du prêt
  •  Les frais supplémentaires
  •  Le reste à vivre

Ces trois éléments cumulés vont vous donner la somme dont vous pourrez disposer pour votre achat ou construction. Appliquer une procédure inverse en privilégiant en premier lieu l’habitation risque de vous conduire à de futurs problèmes financiers ou la désillusion de se voir refuser un prêt jugé trop élevés en rapport de vos possibilités de remboursement.

Emprunter sans apport personnel alors que l’on dispose d’une épargne confortable peut sembler une bonne idée. En réalité tout dépend de la situation et du coût de l’acquisition ou de la construction.

S’endetter plus lourdement ou sur une durée plus longue pour acheter la maison de ses rêves risque finalement de réduire le montant de son épargne pour faire face aux besoins quotidiens et éventuels coups durs.

D’un autre côté, cette solution peut se révéler intéressante avec les taux d’intérêt actuellement très bas. Si vos placements sont réellement attractifs, en conserver tout ou partie permet de compter sur une réserve d’argent. Rien d’absolu donc, la décision devant se prendre de manière réfléchie.

Un autre piège est de souscrire un prêt d’une durée la plus courte possible. Si cette méthode était intéressante à l’époque des taux d’intérêt élevés, elle ne l’est plus. Des mensualités d’un coût important ont pour contrepartie des sacrifices sur la vie quotidienne et les loisirs, ce qui a pour effet de miner le moral de manière plus ou moins consciente.

Acheter ou faire construire, deux visions différentes

Bien qu’un emprunt immobilier s’accompagne des mêmes aspects financiers pour un bien à construire que celui déjà construit, certaines différences sont à prendre en compte.

L’une est qu’en dehors d’une habitation devant être rénovée en profondeur, un logement « ancien » est habitable de suite. Une construction nécessite un délai compris entre 9 et 12 mois durant lequel le futur propriétaire va le plus souvent devoir payer un loyer.

Il existe certes la possibilité des remboursements différés, mais qui ont un coût. Faire construire donne par contre accès à certaines aides financières qui ne sont pas accessibles pour un achat dans l’ancien.

Tous ces aspects doivent être minutieusement étudiés et calculés avec à la clé des économies en termes d’argent, mais également d’énergie et de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *