MENU

Renégociation de l’assurance emprunteur

D’environ 3,80 % en septembre 2012, le taux d’intérêt moyen d’un prêt immobilier était aux alentours de 1,85 % début 2016. Une forte baisse de ce genre constituerait déjà un premier argument de choix en vue de la renégociation de votre emprunt immobilier.

Sur une durée de prêt de 15, 20 ans, voire plus, de nombreux aspects de la vie professionnelle ou privée peuvent ainsi changer et il est logique que ces changements soient pris en compte par les différents intervenants de votre prêt immobilier.

Contrairement à la demande initiale de prêt associée à une certaine pression psychologique, renégocier les éléments de son prêt ne s’accompagne d’aucun risque, mais par contre d’importantes économies si vous parvenez à vos fins.

Faire modifier les garanties de l’assurance emprunteur passe obligatoirement par l’accord de la banque. C’est donc en priorité votre banquier qu’il faut convaincre. Divorce ou naissance, changement de profession ou de statut professionnel, de nombreux éléments peuvent influer lourdement sur votre vie quotidienne et justifier une modification des garanties de l’assurance, ainsi que des quotités par exemple. Pour ce qui est de l’assurance emprunteur, elle peut plus aisément être renégociée s’il s’agit d’une assurance déléguée.

Si votre assurance est celle du groupe de la banque et non une assurance déléguée, vous disposez là aussi de solides arguments à faire valoir tels qu’être un bon client de la banque et posséder plusieurs produits de celle-ci. N’hésitez pas à mettre en avant que vos enfants sont éventuellement appelés à devenir eux aussi des clients de la banque.

Si votre banquier reste réticent, sachez que depuis la loi Hamon, vous êtes en droit de changer d’assurance emprunteur si votre emprunt a été souscrit il y a moins de 12 mois. Sachez aussi que la loi Sapin 2 permet de résilier son contrat assurance emprunteur tous les ans. Ainsi, vous êtes en mesure de faire jouer la concurrence, en expliquant à votre banquier votre désir d’aller voir ailleurs s’il ne prend pas en considération vos envies.

Négocier les frais de dossier ou procéder au rachat du prêt

Dans l’hypothèse où la banque et l’assureur acceptent une renégociation et que vous avez établi un avenant au contrat de prêt initial, des frais de dossiers peuvent être appliqués. N’oubliez pas que cette fois, vous êtes relativement en position de force. Ces frais complémentaires doivent donc être négociés au même titre que le capital ou les garanties de l’assurance.

En cas de refus, faites miroiter un possible rachat du prêt en prenant soin d’apporter des arguments soulignant les économies réalisées tant en matière d’emprunt que d’assurance de prêt immobilier.

En dernier recours, mettez votre « menace » à exécution. D’une part, cela vous permettra d’économiser sur votre emprunt. D’autre part, vous prouverez tant au premier banquier qu’au second, sans oublier l’assureur, que vous suivez de près vos intérêts et savez prendre les décisions qui s’imposent.

Le conseil d'Hervé !
Si vous optez pour un rachat de prêt, n’oubliez pas de comparer les assurances emprunteur. En effet, votre profil ayant évolué durant les premières années de l’emprunt, il se peut que votre assurance actuelle ne soit plus la mieux adaptée à vos besoins.
Comparer les devis emprunteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis emprunteur