Si la mesure a pris effet au 1er juillet, c’est début août que certains allocataires ont eu une mauvaise surprise. De fait, 1,2% d’entre eux, soit 77 600 foyers, sont touchés par cette nouvelle mesure.

Cette baisse des aides au logement ne concerne pas les allocataires de l’AAH, de l’AEEH ou les personnes habitant dans un meublé. Pour les autres, les plafonds ont été réévalués afin de trouver des solutions pour empêcher la flambée des loyers, certains bailleurs n’hésitant pas à calquer le montant du loyer sur celui des aides au logement.

A travers cette mesure, l’idée est de supprimer les APL lorsque le montant du loyer est démesuré par rapport au revenu des ménages, même si certains estiment qu’une telle mesure ne favorisera pas la baisse des loyers, pas dans l’immédiat en tout cas, et que les ménages vont être les grands perdants.

Concrètement, pour une personne seule habitant à Marseille dont le loyer est inférieur à 637 euros, il n’y a pas de changement. En revanche, s’il est supérieur à 791 euros, les aides au logement seront supprimées.

Il en va de même partout en France, le plafond étant calculé selon les loyers moyen de chaque ville et la composition du foyer. On estime que les allocataires vont perdre en moyenne 70 euros chaque mois.

A noter que d’ici octobre, une nouvelle mesure va prendre effet, celle-ci prenant alors compte du patrimoine immobilier dans le calcul des APL, visant ainsi notamment les propriétaires de résidences secondaires.


Sources : caf.fr / lemonde.fr

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances habitation