Une nouvelle appli permet de sous-louer son appartement en cas d’absence prolongée. Une solution pratique si l’on ne veut pas perdre trop d’argent. Son nom ? Smartrenting. Si certains locataires s’arrangent pour faire des sous-locations officieusement, la startup parisienne entend, elle, tout mettre noir sur blanc. Ainsi, elle s’engage à régler l’équivalent du loyer au locataire sur la période où il n’occupe pas son logement.

Smartrenting se charge ensuite de trouver des occupants via les sites location courte durée, tels que la plate-forme ultrapopulaire Airnbnb. Mais c’est elle qui empoche les gains. Grâce à cette rémunération dont le montant dépend du nombre de jours, semaines ou mois durant lequel le bien sera effectivement loué, la société finance le service de conciergerie qu’elle assure : remise des clés, ménage, gestion de l’annonce, rapporte BFM Business. Et à ce prix, la start-up se charge également des problèmes. En cas de sinistre ou de dégradations dans l’appartement, elle fait intervenir une assurance habitation spécifique.

Pour bénéficier des services de Smartrenting, il faut s’assurer que le propriétaire accepte la sous-location, sans quoi elle est illégale. La société se charge alors d’obtenir l’autorisation écrite du propriétaire des lieux. Le site affiche un taux d’acceptation par les propriétaires de 80%, ceci alors qu’au départ les entrepreneurs s’attendaient, toujours selon BFM Business, à un taux de 40/45%

Smartrenting ne couvre pour l’instant que Paris mais ses fondateurs espèrent rapidement (dès 2017?) opérer à Bordeaux (Gironde), Lyon (Rhône) et Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), trois villes où, dit-elle, le marché de la location touristique est particulièrement dynamique.

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances habitation