MENU

Mauvaise nouvelle sur le front des APL. Dès l’année prochaine, les Français ne pourront plus bénéficier des APL accession pour devenir propriétaires. L’article 52 du projet de loi de Finances 2018 prévoit de supprimer cette disposition pour les nouveaux dossiers, rapporte ce mardi L’Express. Objectif, économiser 200 millions d’euros.

834 millions d’euros en 2016

Le dispositif de l’APL accession reste peu connu, mais avantageux pour ceux qui en bénéficient. Il permet aux primo-accédants aux revenus modestes de se faire rembourser une partie de leurs mensualités de crédit immobilier. Le Crédit Foncier estime entre 35 000 et 50 000 le nombre actuels d’acquéreurs concernés. Ces futurs propriétaires touchent en moyenne 155 euros par mois d’APL accession. Pour rappel, ce montant atteint 260 euros pour une location soit 68% d’écart.

Les APL accession ont bénéficié à 447 000 acheteurs en 2016, soit 8% des bénéficiaires des APL. Cette aide aura coûté 834 millions d’euros, soit 5% du budget total des allocations logement. « L’APL accession est l’une des aides les plus efficaces, car elle est directement versée à la banque prêteuse. Elle vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur, jusqu’à 50% dans certains cas » précise Sandrine Allonier, responsable des Relations banques du courtier Vousfinancer.

10% des primo-accédants chaque année

Prenons le cas d’un ménage avec 2 enfants, avec un revenu net imposable de 20 000 euros par an. Les APL accession baissent ses mensualités de 600 à 462 euros. Au passage, son taux d’endettement chute de 36% à 27%. Cette aide se révèle donc très avantageuse. « Les banques la prennent en compte dans les plans de financement, ce qui permet à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans aide de devenir propriétaires » note la responsable.

Les APL sont versées dans le cadre d’un prêt d’accession sociale ou d’un prêt conventionné. Soumises à des conditions de revenus, elles sont recalculées chaque année. « L’APL accession, c’est près de 10% des primo-accédants en France chaque année (…) par exemple de jeunes ménages âgés de 35 ans qui vont acheter leur résidence principale sur des durées d’un peu plus de 20 ans » rappelle sur Europe 1 Nicolas Pecourt, du Crédit foncier. Ces APL seront toutefois maintenues pour les dossiers en cours.

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis habitation