MENU
Comparateur d’assurance habitation
Indiquez vos besoins et trouvez l’assurance habitation qui vous convient
Comparer
Partager sur

Comment dynamiser le marché immobilier à Paris (Ile-de-France) et libérer des milliers de logements dans la capitale ? Le Conseil de la Ville a voté ce mardi le principe d’une multiplication par 4 des taxes sur les résidences secondaires et les logements vacants. Ces deux mesures seront débattues en octobre prochain à l’Assemblée nationale, rapporte Le Parisien.

Paris compterait 110 000 résidences secondaires

Pour les propriétaires de résidences secondaires ou de logements laissés sans occupants, la facture risque d’être salée. La surtaxe d’habitation passerait à 250 %, contre 60 % actuellement. « Pour une surtaxe moyenne actuellement de 600 euros, cela reviendrait à payer 2 500 euros. Ce montant inciterait vraiment les propriétaires à louer ou vendre leur logement et ainsi libérer des milliers de logements » souligne l’élu Jacques Baudrier (PCF).

Le phénomène des résidences secondaires a pris de l’ampleur à Paris. D’après l’Insee, la capitale en compterait actuellement 110 000 contre 75 000 en 1999. Par ailleurs, Paris compterait aussi environ 100 000 logements vacants. « Pour échapper à la taxe sur les résidences secondaires, certains propriétaires peuvent être tentés de déclarer leur logement comme vacant. Si on veut régler la crise du logement à Paris, il faut donc agir sur les deux fronts » explique Jacques Baudrier (PCF).

200 millions d’euros dans les caisses de la ville

La taxe actuelle sur les logements vacants atteint 12,5 % de la valeur locative cadastrale au bout d’un an (en moyenne 1 000 euros). Dès la deuxième année, ce montant passe à 25% de la valeur locative. Une multiplication par 4 de la surtaxe coûterait aux propriétaires jusqu’à 8 000 euros par an. De quoi les inciter à « vendre leur bien ou à le remettre sur le marché de la location classique » assure l’élu communiste. Et aussi de quoi baisser de 20 % le prix des logements à Paris, rapporte BFMTV.

Au total, l’adoption de la mesure par l’Assemblée nationale pourrait rapporter plus de 200 millions d’euros aux caisses de la Ville. Parmi les autres mesures votées, l’amende en cas de location illégale de meublé touristique passerait de 25 000 à 100 000 euros. L’ensemble de ces amendements figureront dans le prochain projet de loi de finances pour 2018.

Comparer les devis habitation
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis habitation