Il n’y aura « pas de nouvel impôt pendant le quinquennat ». Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire l’a assuré ce vendredi sur RMC et BFMTV. « On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre. On ne prend pas dans la poche des Français ce qu’on vient de leur donner de l’autre main » a-t-il affirmé.

Rétropédalage après l’annonce d’un « impôt plus juste »

Cette mise au point intervient après les déclarations de Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Elle avait évoqué ce jeudi dans l’émission  « Questions d’infos » pour LCP, France Info, Le Monde et l’AFP la possibilité d’un nouvel « impôt plus juste ». Objectif : compenser la suppression de la taxe d’habitation. « Pour le bloc communal, il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c’est-à-dire avec les citoyens » avait souligné Jacqueline Gourault.

C’était à l’en croire une affaire déjà engagée. « On commence les discussions dès maintenant » avait précisé Jacqueline Gourault sur le plateau. Cette erreur de communication s’est vite transformée en couac. Le même jour, Jacqueline Gourault a rectifié sa déclaration sur son compte sur Twitter. L’abolition de la taxe d’habitation n’est pas remise en cause, conformément à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Bruno Le Maire a confirmé cette version.

L’Etat compensera la perte de recettes fiscales

D’ici 2020, la taxe d’habitation doit disparaître pour 80% des Français. Cette mesure se transformera à terme en suppression totale, ce qui devrait coûter « près de 20 milliards d’euros ». C’est-à-dire deux fois plus que la première mesure déjà en place. Cette suppression de la taxe pour 80% des foyers sera financée « sur le budget de l’Etat, qui compense à l’euro près pour les collectivités locales la perte de recettes fiscales » a déclaré Bruno Le Maire.

Reste à définir le budget de cette transformation fiscale. Il reste encore « 8,5 milliards d’euros » à financer, a reconnu le ministre. Pour y parvenir, le gouvernement pense redistribuer une partie du produit de l’augmentation de la CSG aux collectivités. Bruno Le Maire s’est montré particulièrement ferme. « Il n’est pas question d’augmenter la TVA, il n’est pas question d’augmenter une taxe locale, il n’est pas question de créer un nouvel impôt » a-t-il martelé.

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances habitation