Mon locataire ne paye plus ses loyers, que faire ?

Lorsque l’on décide d’acquérir un bien pour le louer, il existe toujours un risque d’être confronté à un locataire qui n’est plus en mesure de régler son loyer. De fait, la société évolue, les divorces se multiplient, les emplois sont plus précaires et la multiplication des crédits augmente le surendettement. Aussi, même si le propriétaire effectue toutes les vérifications nécessaires au moment de signer le bail quant à la solvabilité de ces locataires, rien ne prouve qu’ils seront dans la même situation financière un an plus tard.

Dès lors qu’un locataire ne règle plus ses loyers, le propriétaire peut saisir un huissier qui délivrera un commandement de payer. Le locataire a alors deux mois pour payer, soit en une fois, soit en étalant sa dette. Si le locataire accepte de payer, la procédure d’expulsion n’a plus lieu d’être. En revanche, s’il ne règle toujours pas ses loyers, le propriétaire doit s’adresser au tribunal compétent. Lorsque la décision d’expulsion est délivrée par le juge, l’huissier délivre de son côté un commandement de quitter les lieux.

Et si vous souscriviez la garantie des loyers impayés ?

En plus de votre assurance propriétaire non-occupant, n’hésitez pas à opter pour une GLI (garantie loyers impayés). Cette assurance vous protège en prenant le relais si toutefois vos locataires ne réglaient plus leur loyer. En outre, si, comme évoqué ci-dessus, vous deviez intenter une action en justice, sachez que cette garantie prend en charge les frais engendrés par une telle procédure (huissier, avocat, etc.). Car, selon la dette de votre locataire, une procédure d’expulsion pourrait vous coûter entre 1 000 et 3 000 euros. Cette procédure est longue, on compte de manière générale au moins huit mois, il est essentiel de bénéficier d’une assurance complète pour pouvoir pallier ce manque de revenus. Et cette durée peut s’allonger dans la mesure où les expulsions ne peuvent se faire durant la trêve hivernale.

En outre, même après cette trêve, les expulsions n’interviennent pas nécessairement du jour au lendemain, surtout lorsque vos locataires ont des enfants. Dès lors que l’expulsion a enfin eu lieu, deux solutions s’offrent aux propriétaires qui n’ont pas souscrit de GLI. Faire à nouveau appel à un huissier pour récupérer les loyers impayés auprès des locataires, quitte à mettre en place un échéancier, ou faire une croix sur cet argent. Car, après une telle procédure, nombreux sont les propriétaires qui sont simplement heureux d’avoir pu reprendre possession de leur bien.

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les assurances habitation