Inondations : les premiers gestes

Si vous êtes victime d’une inondation, il va sans dire que la première urgence est de limiter au maximum du possible une aggravation de la situation. Toute mesure conservatoire est utile :

  • Bâcher toit et/ou fenêtres si endommagés, colmater les portes
  • Surélever les meubles
  • Mettre en sécurité vos biens précieux
  • Mettre en sécurité vos documents personnels importants
  • Prendre des photos : quand le niveau de l’eau est maximal et après le reflux…

Pour optimiser les chances d’accélérer le traitement de votre demande d’indemnisation suite à une catastrophe naturelle avec inondation, prévenez votre assureur, dans les plus brefs délais, même de façon informelle (courriel, téléphone…). Vous lui adresserez ultérieurement un dossier plus complet.

Pour que le remboursement après inondation soit pris en charge dans les meilleures conditions, il est impératif de le transmettre à votre compagnie dans les 10 jours qui suivent le sinistre.

Comment bien constituer votre dossier d’indemnisation ?

C’est le temps du bilan et de l’évaluation…

Il vous faut décrire de manière la plus précise possible l’étendue des dégâts causés par l’eau (état descriptif) et les estimer en y joignant toutes les factures et justificatifs en votre possession ainsi que les photos utiles prises avant, pendant et après l’inondation.

A ce stade, trois points doivent retenir votre attention :

  • Pour pouvoir prétendre à une indemnisation après une inondation, l’état de catastrophe naturelle doit être reconnu et un arrêté interministériel, publié au Journal officiel.
  • La garantie ne portera que sur les biens ou valeurs déclarées dans votre contrat, (antérieurement au sinistre).
  • Le montant de la franchise est plafonné en cas de catastrophe naturelle

Quel remboursement en cas d’inondation ?

Vous avez constitué votre dossier pour l’assureur et avez fait parvenir votre déclaration de catastrophe naturelle à la mairie. L’instruction de votre dossier est donc en cours. En cas de catastrophe naturelle, le passage d’un expert (mandaté et rétribué par l’assureur) est incontournable. Après inspection de votre habitation et en fonction de ses constations sur place, l’expert proposera une indemnisation chiffrée à votre assureur.

Le versement doit intervenir au plus tard 3 mois après la parution de l’arrêté de catastrophe naturelle. Une provision peut-être prévue sous deux mois.

Le remboursement tiendra compte du plafonnement légal du montant de la franchise en situation de catastrophe naturelle :

  • 380 euros pour les habitations
  • 10% des dommages matériels pour les biens professionnels avec un seuil de 1 140 euros, hors clause particulière de votre contrat.

Pour finir, sachez que tous les frais inhérents à la remise en état de votre habitation seront retenus, c’est ainsi le cas des frais de pompage, de déblaiement, de nettoyage ou encore ceux liés au traitement de l’humidité.

Le conseil d'Hervé !
Si les conclusions de l’expertise ne vous conviennent pas, vous pouvez la contester en faisant procéder, à vos frais, à une contre-expertise.
Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis habitation