Le bon équilibre entre l’isolation d’hiver et d’été

Si votre maison devient un véritable sauna en été alors qu’elle semble bien isolée en hiver, c’est que l’isolant utilisé n’est pas parfaitement adapté. Le rôle de l’isolant est en effet très différent selon la saison :

  • En hiver, il limite les déperditions de chaleur générée par le chauffage intérieur.
  • En été, il doit au contraire absorber un maximum de chaleur venue de l’extérieur afin de ne pas la dissiper à l’intérieur.

La qualité de l’isolation en été a longtemps été négligée. Cependant, la climatisation étant de plus en plus utilisée, conserver le froid généré devient essentiel. Sinon, attention à la surconsommation d’énergie.

Une question d’isolant

Pour mieux saisir la complexité du problème posé, il faut savoir que 20 centimètres de laine de verre offrent une isolation acceptable en hiver, mais qu’il faudrait multiplier l’épaisseur par 5 (soit 1 mètre) pour obtenir une isolation correcte en été.

Problème identique pour les panneaux d’isolant en polystyrène qui sont efficaces en hiver avec une épaisseur de 16 cm, mais demandent 94 cm en été pour être efficaces.

Heureusement, certains matériaux isolants sont quasiment aussi efficaces en hiver et été comme la laine de bois ou la perlite expansée qui assure une isolation de qualité en toutes saisons.

Transition énergétique et travaux d’isolation

À lui seul, le toit d’une maison représente 30 % des déperditions de chaleur. La loi sur la transition énergétique concernant chaque citoyen, il est logique que l’isolation thermique de sa maison fasse l’objet d’une attention particulière. S’ajoutent des considérations plus personnelles que sont un meilleur confort et une baisse notable de la consommation d’énergie.

Pour aider les particuliers à réaliser les travaux d’isolation nécessaires, plusieurs dispositifs financiers sont disponibles. Profiter de l’été pour réaliser ces travaux d’isolation constitue une excellente occasion de contribuer à la qualité de l’environnement tout en réalisant des économies.

Ces aides prennent diverses formes allant du prêt à taux bonifié au crédit d’impôt en passant par la subvention directe. Aux aides nationales peuvent s’ajouter celles des collectivités locales et de certains fournisseurs d’énergie :

  • Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) est attribué sans condition de ressources. Depuis le début de l’année 2018, il est réservée à la production individuelle de chaleur renouvelable (bois, biomasse, pompe à chaleur) et aux chaudières à condensation. Les dossiers déposés auprès de l’organisme avec un devis signé et un acompte versé entre le 1er janvier 2018 et le 30 janvier 2018 sont éligibles au dispositif.
    InstallationsDispositifs
    ChaudièresDate limite : 30 juin 2018

    Taux : 15%

    Plafonds : 8 000€/personne,

    16 000€/couple à imposition commune,

    +400€/personne à charge

    Double vitrageDate limite : 30 juin 2018

    Taux : 15%

    Plafonds : 8 000€/personne,

    16 000€/couple à imposition commune, +400€/personne à charge

    Autres travaux parois vitrés

     

    Exclus du dispositif depuis le 1er janvier 2018
  • L’éco-prêt à taux zéro est plafonné à un maximum de 30 000 € sans condition de ressources. Il s’adresse aux bailleurs et aux propriétaires occupants. Ce prêt est remboursable sur 10 ans et les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE.
  • L’ANAH (Agence nationale pour l’habitat) renforce son programme « Habiter Mieux ». Depuis le début de l’année 2018, les ménages aux revenus modestes peuvent bénéficier d’une aide allant de 7 000 à 10 000 €. Le propriétaire occupant peut choisir parmi l’un des travaux suivants : changement du mode de chauffage, isolation de combles aménagés ou isolation des murs. Pour que l’aide soit accordée, les travaux doivent améliorer les performances énergétiques du logement d’au moins 25 %.

Les conseils généraux et les communes peuvent proposer des aides planifiées sous différentes formes et visant des publics spécifiques.

Il faut également savoir que les travaux de rénovation énergétique sont soumis au taux de TVA réduit de 5,5 %.

Isoler, c’est également l’occasion de mieux sécuriser votre habitation

En parallèle de l’isolation thermique du toit, les portes et les fenêtres méritent elles aussi une attention particulière. Si ces fermetures représentent environ 15 % des déperditions de chaleur, elles constituent également le point faible en matière de sécurité.

Lorsque l’on sait que 80 % des cambrioleurs passent tout simplement par la porte, on comprend tout l’intérêt à ce qu’elle offre une bonne isolation thermique, mais aussi une résistance maximale aux effractions. Une porte efficace et des fenêtres hermétiques contribuent ainsi à réaliser des économies en matière d’énergie comme de sécurisation du logement.

Dans l’hypothèse où les travaux d’isolation thermique sont associés à l’aménagement des combles, n’oubliez pas d’informer votre compagnie d’assurance habitation de l’augmentation de la surface habitable. De cette manière, vous serez garanti en cas de sinistre endommageant cette nouvelle partie de votre habitation.

Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis habitation