MENU
Comparateur d’assurance habitation
Indiquez vos besoins et trouvez l’assurance habitation qui vous convient
Je compare

La location : plusieurs options

Pour la majorité des étudiants, la location est le moyen privilégié pour se loger. Elle présente l’avantage de ne pas avoir besoin d’un fort apport en capital. Trois options s’offrent à vous pour aider votre enfant à se loger :

  • Portez-vous garant pour sa location :

Si vous souhaitez que son logement soit à son nom, la meilleure solution est de vous porter caution solidaire pour votre enfant. Malgré la garantie des loyers impayés, la plupart des propriétaires préfèrent ne pas s’encombrer de cette assurance qui a un coût. Si vous optez pour cette solution, pensez à bien préparer votre dossier. Le principal inconvénient de cette alternative réside dans le statut de caution solidaire, assez lourd à supporter en cas de défaillance de paiement. Ne négligez surtout pas ce statut, particulièrement en cas de colocation.

  • Louez son logement à votre nom :

L’une des solutions les plus courantes c’est que les parents louent le logement. L’inconvénient, c’est que votre enfant ne pourra pas bénéficier des aides au logement pour les étudiants, auxquelles il pourrait avoir droit. Par contre, aucune caution solidaire n’est en général demandée, puisque vous offrez les garanties nécessaires en tant que locataire pour le bailleur. De plus, vous trouverez plus rapidement le logement de votre enfant, puisque votre dossier sera plus solide que celui d’un étudiant louant seul.

  • Vous êtes déjà propriétaire ? Louez votre bien à votre enfant :

Si vous possédez déjà un logement, vous pouvez également le louer à votre enfant. Sachez toutefois que celui-ci ne peut bénéficier d’aucun passe-droit et que vous devrez le traiter comme un locataire classique, bail et loyer inclus. Une différence notable cependant, contrairement à un locataire lambda, votre enfant ne pourra bénéficier d’aucune aide au logement, son bailleur étant un ascendant. Enfin, attention au loyer que vous fixez. En effet, si vous êtes en zone à flux tendus, l’augmentation de loyer à la suite du départ de votre enfant sera plafonnée par l’IRL. Toutefois, vous pourrez en tirer des avantages, en continuant de déduire les charges de vos revenus fonciers, ainsi qu’en résiliant votre assurance de loyers impayés.

De votre côté, si vous ne faites pas bénéficier votre enfant d’un loyer largement inférieur au prix du marché, vous pourrez continuer de déduire les diverses charges de votre revenu foncier. Notez par ailleurs qu’à son départ, vous devrez respecter la loi sur l’encadrement des loyers, si vous souhaitez réévaluer celui-ci.

Acheter : une alternative à considérer

Si vos moyens financiers vous le permettent, il existe d’autres solutions permettant de vous constituer un patrimoine immobilier tout en aidant votre enfant à démarrer dans la vie active ou à poursuivre ses études dans de bonnes conditions de logement.

  • Achetez un logement en profitant de la loi Pinel et louez-le à votre enfant :

Ce besoin de logement peut ainsi être l’occasion de bénéficier du dispositif Pinel. En effet, depuis son assouplissement, il est désormais possible de louer le logement concerné à un de ses enfants. Cet investissement locatif s’accompagne d’une déduction d’impôt de 12 % pour un engagement de location de 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans. Attention toutefois à respecter les règles en matière de plafond de loyers et de ressources, ces critères étant différents suivant la localisation du logement.

  • Achetez un logement avec votre enfant :

Se porter co-emprunteur d’un prêt immobilier avec votre enfant ne peut que rassurer le banquier, tout en vous permettant de devenir copropriétaire du logement. La quote-part de chacun sera indiquée dans l’acte notarié et vous pourrez transmettre la vôtre à votre enfant, dans le cadre d’une donation ou de la succession. Cette solution permet en même temps de conserver un droit de regard sur la gestion du bien immobilier.

  • Donnez un logement à votre enfant 

Si vous possédez plusieurs logements, vous pouvez faire donation de l’un d’eux à votre enfant. Vous avez également la possibilité de lui céder le seul usufruit du bien de manière permanente ou temporaire. Il pourra ainsi occuper le logement et par la suite le louer, tout en conservant la nue-propriété du bien immobilier.

Le conseil d'Hervé !
Si votre enfant n’est plus rattaché à votre foyer fiscal, vous pouvez aussi bénéficier de déductions d’impôts en lui versant une pension alimentaire.
Comparer les devis habitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis habitation