MENU

Le vélo reste un mode de transport minoritaire en France. « On a du boulot ! » lance à La Voix du Nord Noémie Rogeau, qui dirige 2R Aventure. Cette entreprise basée à Lille (Nord) propose aux entreprises et aux professions libérales d’adopter le vélo à assistance électrique (VAE) en guise de véhicules de fonction.

7 000 euros d’économies par an

L’entreprise avance de solides arguments. Choisir le vélo électrique permet d’économiser 7 000 euros par an, à raison de 25 kilomètres de trajet par jour de travail. Location longue durée, conseils, entretien, maintenance ou encore assistance juridique… Pour convaincre ses futurs clients, 2R Aventure propose une formule complète. Le service coûte à l’employeur entre 65 et 150 euros par mois et par vélo en fonction du modèle choisi, précise Cnews.

L’entreprise tient à rester dans l’air du temps. « Si on veut que le vélo ait la même place que la voiture, il faut proposer la même gamme de services », assure Noémie Rogeau. La France accuse un certain retard par rapport à d’autres pays européens. La ville de Copenhague (Danemark) affiche 50% de trajets urbains à vélo. En comparaison, Strasbourg (Haut-Rhin) n’en affiche que 16%. La capitale alsacienne détient pourtant le record français des trajets urbains à vélo.

Les élus réclament un « plan vélo »

Cette situation a poussé 200 parlementaires à réagir. Dans une tribune publiée le 21 avril dernier par le JDD, ces élus demandent au gouvernement un « plan vélo » pour la France. Pour les signataires du texte, « le tout-voiture est dans une impasse ». Ils appellent à un « déploiement de voies cyclables » qui devrait résorber les « zones blanches de la mobilité ». La part modale du vélo reste inférieure à 3% en France,  « contre 26% aux Pays-Bas, 19% au Danemark et 10% en Allemagne ».

Plus des deux tiers des « déplacements domicile-travail de moins de 5 kilomètres sont encore faits en voiture », déplorent les parlementaires. Les élus réclament une enveloppe de 350 millions d’euros sur quatre ans pour développer les trajets en deux-roues. Ils demandent aussi la généralisation de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) « pour tous les employeurs privés et publics », ce qui permettrait aux salariés d’adopter massivement ce mode de transport pour se rendre au travail.

Comparer les devis moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis moto