MENU
Comparateur d'assurance moto
Indiquez vos besoins et trouvez l’assurance moto qui vous convient
Comparer
Partager sur

L’essentiel à savoir concernant le contrôle mécanique du deux-roues

Les premiers indices extérieurs, immédiatement visibles, sont aussi les plus importants pour déterminer en un seul coup d’œil la valeur du scooter d’occasion ou de la moto, surtout si l’engin a déjà beaucoup roulé (plus de 50 000 ou 60 000 kilomètres au compteur). Vérifiez ainsi :

  • Son état de propreté : il en dit long sur la qualité générale de l’entretien apporté par le propriétaire actuel. Des rayures multiples ou un mauvais alignement des roues avant et arrière témoignent, par ailleurs, d’un comportement inadapté sur la route, qui a pu endommager le véhicule de façon irrémédiable.
  • Certains éléments incontournables : fuites, traces de chute, de rouille, usure des pneus… Ces derniers doivent présenter des sculptures d’une profondeur minimale d’un millimètre (voire plus pour les grosses cylindrées).
  • Les niveaux des différents liquides (huile, frein et refroidissement), l’état de marche des équipements (phares, clignotants, freins…), la tension au niveau de la chaîne de transmission, la maniabilité du guidon ou encore la bonne étanchéité des joints.
  • Le carnet d’entretien et les factures complémentaires.
  • Son kilométrage.

Où acheter un scooter d’occasion ?

Certains préféreront les prix plus attractifs des particuliers, d’autres les garanties offertes par les professionnels. Pour acheter un scooter d’occasion, deux solutions s’offrent à vous :

  • entre particuliers : c’est le meilleur moyen de faire des économies, et surtout d’avoir accès à beaucoup de choix, notamment si vous êtes à la recherche d’un modèle rare. Attention toutefois aux arnaques ! En outre, vérifiez le véhicule avant l’achat sera indispensable. Renseignez-vous sur les pièges à éviter lors de l’achat d’un deux-roues chez un particulier avant de vous lancer.
  • chez un professionnel : les prix pratiqués par un professionnel sont certes plus chers, mais c’est le meilleur moyen d’acheter en toute sécurité. Les garages et concessionnaires proposent des véhicules révisés et contrôlés, ainsi que des garanties permettant de limiter les risques.

L’essai de l’engin et la vérification des pièces administratives

Avant de finaliser l’achat d’un scooter d’occasion, il est impératif d’essayer le deux-roues sur plusieurs kilomètres, en multipliant les configurations (à différentes vitesses, en ligne droite et en virage…). Certaines anomalies peuvent alors sauter aux yeux ou aux oreilles, par exemple, une émanation excessive de fumée blanche ou encore un bruit inhabituel et inexpliqué venant du moteur ou des suspensions. L’essai constitue enfin le moment idéal pour vérifier que l’engin correspond bien à votre gabarit et que vous vous sentez à l’aise au guidon.

Parmi les éléments à vérifier absolument pour acheter un scooter d’occasion en toute sécurité, citons notamment :

  • le démarrage, qui doit se faire du premier coup et sans saccade, même à froid ;
  • les freins, qui doivent être testés à l’avant et à l’arrière en roulant ;
  • le variateur : assurez-vous que l’engin change correctement de vitesse ;
  • la direction : lâchez le guidon sur quelques mètres pour vérifier que le scooter garde sa trajectoire ;
  • les suspensions : qui ne doivent pas grincer ni forcer lorsque vous roulez sur une bosse ou un dos d’âne.

Autre conseil pour l’achat de votre scooter d’occasion : attention aux tentatives de revente de deux-roues obtenus par des moyens frauduleux ne sont pas rares, et il est indispensable de s’assurer que le scooter n’a pas été volé. La transaction passe donc obligatoirement par la présentation de quelques documents et justificatifs essentiels. Les formalités d’achat d’une moto ou d’un scooter d’occasion prouvent non seulement que l’engin appartient bien à votre interlocuteur, mais aussi que la machine a fait l’objet d’un bon suivi depuis sa mise en circulation. Le vendeur doit vous fournir :

  • Le certificat de vente (certificat de cession),
  • La carte grise barrée en travers avec la mention « vendue le »,
  • Le certificat de non-gage,
  • Le carnet d’entretien et les différentes factures justifiant les révisions ou les réparations.

À noter que l’obligation légale du contrôle technique ne s’applique pas pour un deux-roues : aucun certificat récent n’est donc à réclamer auprès du vendeur.

Le conseil d'Hervé !
Méfiez-vous d’un prix trop bas par rapport à celui du marché, il peut cacher une anomalie que vous découvrirez après l’achat.
Comparer les devis moto
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis moto