MENU
Comparateur d'assurance moto
Indiquez vos besoins et trouvez l’assurance moto qui vous convient
Comparer
Partager sur

L’année modèle d’une moto, une référence toujours utilisée

Bien que la notion d’année modèle soit désormais remplacée par la date de première mise en circulation, elle conserve une réelle valeur lors de la revente d’une moto.

Le nouveau millésime d’une moto s’accompagne souvent de modifications plus ou moins marquées par rapport au millésime précédent.

En effet, lors de leur sortie, certains modèles peuvent souffrir d’un défaut ou d’une faiblesse qui est corrigé lors de la fabrication du millésime suivant. Sortir un nouveau millésime permet donc d’apporter des améliorations et de corriger certains défauts de série. Grâce au millésime et à l’année modèle d’une moto, il est facile de différencier un modèle d’un autre et de savoir si le défaut a été corrigé ou s’il s’agit d’une moto qui n’a pas subi d’amélioration.

L’année modèle vous permet donc d’acheter une moto d’occasion tout en connaissant son année de sortie d’usine. Grâce à cela, vous pouvez savoir si la moto que vous désirez acheter fait partie d’une série de véhicules dont les défauts ont été améliorés ou non.

Si vous souhaitez connaître l’année modèle d’une moto, sachez que le numéro frappé sur le cadre contient cette information. Le vendeur ne peut ainsi pas cacher ou dissimuler l’information.

La date de première immatriculation et ses limites

Depuis le 1er juillet 2000, c’est la date de première mise en circulation qui est devenue le seul repère administratif. Cependant, cette date peut être plus éloignée de celle de la fabrication de la moto.

Cela est possible par exemple lorsqu‘un constructeur ou un importateur stocke une moto plusieurs mois avant de la mettre en vente. Si des modifications interviennent entre-temps sur les modèles de la même année de fabrication, le deux-roues stocké n’en bénéficiera pas. Dans ce cas-là, rien n’empêchera cette moto d’être officiellement cotée sur la même base que le deux-roues plus récent.

Le risque, lorsque la date de première immatriculation ne correspond pas à l’année modèle d’une moto, est d’autant plus grand lorsque la différence porte sur une faiblesse mécanique. Comme le véhicule n’a pas bénéficié des améliorations apportées au millésime suivant, cela peut rendre la moto ou le scooter difficile à vendre. Le prix peut aussi être nettement inférieur à celui espéré par le vendeur.

D’un point de vue légal, le vendeur ne peut que difficilement être inquiété. En effet, l’année modèle officielle correspond désormais à celle de la première mise en circulation.

Cette situation conflictuelle est assez fréquente et d’autant plus ennuyeuse lorsque les changements entre deux millésimes sont minimes.

Cependant, un connaisseur averti ne manquera pas de faire remarquer cette anomalie au moment de la revente de la moto. Cela est d’ailleurs souvent synonyme de baisse du prix. Il est donc primordial de vous renseigner sur les différents millésimes disponibles pour un modèle de moto particulier. Pour cela, vous devez vérifier les informations gravées sur le cadre du deux-roues. Dans le doute, le fabricant peut vous apporter des informations en fournissant le numéro de série du véhicule deux ou trois roues.

L’année modèle d’une moto vue par l’assureur

Pour assurer votre moto, l’assureur ne tient pas compte de l’année modèle ou du millésime, mais de la date de première mise en circulation. Cette dernière détermine légalement le millésime de l’année modèle de la moto.

Si aucun impact notable n’est à craindre pour le coût de la prime, le risque est une minoration de la cote du deux-roues en cas d’expertise suite à un sinistre.

En effet, lors d’un accident non responsable, l’expert peut être incité à prendre en compte l’année de sortie de la moto ou du scooter. Il va relever cette année non pas sur la carte grise, puisqu’elle n’y figure plus, mais sur le cadre de la moto.

Un litige peut donc naître de cette différence d’appréciation entre la date de première immatriculation et celle de fabrication.

Dans cette situation, vous devez pouvoir compter sur l’aide de votre assureur, d’autant plus que le coût de la prime a été calculé en prenant en compte la date de première immatriculation. Si son soutien ne vous satisfait pas, vous pouvez toujours changer d’assurance deux-roues.

Le conseil d'Hervé !
Grâce à la loi Hamon, vous pouvez désormais résilier votre assurance moto 12 mois après la souscription de votre contrat.
Comparer les devis moto
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis moto