MENU

Le « prêt de guidon » et l’assurance 2 roues

Avant de prêter votre moto ou votre scooter, il est important de vérifier que votre contrat d’assurance n’intègre pas une clause spécifique dite de « conducteur exclusif », qui interdit au propriétaire de prêter son véhicule. Cette formule présente un intérêt économique certain. Toutefois, tout manquement engagera votre responsabilité et entrainera un refus d’indemnisation de la part de la compagnie.

C’est une obligation faite à tous les contrats moto, ces derniers doivent mentionner l’inclusion ou pas de la garantie prêt de guidon. Comme pour les voitures, il est important de prévoir ces situations et de veiller à ce que vos garanties soient alors efficientes.

Seule l’assurance moto « prêt de guidon » sans franchise vous permet de prêter votre engin. Aucun coût supplémentaire ne sera dû. Cela revient, par exemple, à souscrire une assurance scooter avec 2 conducteurs portés au contrat.

Prêter sa moto avec la garantie prêt du guidon « normale » n’est pas l’assurance d’une couverture totale en cas de sinistre. Nombre de compagnies précisent des franchises supplémentaires, des conditions d’applications restrictives, voire des clauses d’exclusion.

Les limites de la garantie « prêt de guidon »

Le cas du prêt de guidon avec franchise doit être vérifié à la loupe. En effet, il n’est pas rare que le contrat intègre un barème de franchises applicables en fonction de la personne responsable du sinistre (concubin, ami, parents…). Certains mettent l’accent sur l’expérience du conducteur quand d’autres n’autorisent le prêt que le jour pour limiter les risques de la conduite de nuit par exemple.

Le jeu de ces franchises pour un scooter souvent prêté en milieu urbain peut vite devenir contraignant. Au-delà des précautions que peut prendre l’assuré, le chauffeur doit également être couvert et respecter le Code de la route. En effet, si le pilote est reconnu responsable d’un accident, le coefficient de bonus-malus du propriétaire sera directement impacté.

Comme toute infraction au Code de la route stipulée au contrat, conduire un scooter sans BSR ou sans permis et se retrouver à l’origine d’un sinistre ne laisse pas de place à indemnisation.

Dans ce cas de figure, si des tiers sont impliqués, ils seront dédommagés. En revanche, le responsable sera recherché pour le remboursement des montants engagés. Pour sa part, le propriétaire de la moto prêtée sera pénalement responsable pour avoir confié son véhicule à un tiers en infraction.

Le conseil d'Hervé !
Si vous envisagez de prêter votre moto et que votre garantie vous semble insuffisante, n’attendez plus pour changer d’assurance : la loi Hamon vous autorise à résilier votre assurance deux-roues au bout d’un an.
Comparer les devis moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis moto