MENU

Comment optimiser la conduite de nuit à moto ?

La majorité des constructeurs de deux-roues appréhende l’éclairage d’un point de vue esthétique. Des optiques de phares au design fondu dans la ligne du carénage ou de la tête de fourche, un feu arrière, certes à LED, mais peu visible, tels sont les points communs de nombreux deux-roues, toutes marque et cylindrée confondues.

Pourtant, voir correctement fait partie des priorités de conduite de nuit à moto. Dans l’obscurité, le sens de la profondeur et des reliefs s’estompe en même temps que l’appréciation des distances. Contrairement à une idée largement répandue, voir loin en pilotage nocturne est secondaire, le principal étant d’y voir bien sur la centaine de mètres qu’éclaire généralement le feu de route. En passant en feu de croisement, la visibilité descend à 30 mètres.

Le ou les phares doivent par conséquent concentrer leur faisceau sur la portion de route immédiatement devant le pilote. Une lumière réglée trop haut va créer une zone mal éclairée devant la moto et c’est justement là que sont les plus grands dangers.

Une deuxième précaution est de conserver sa transparence à l’optique de phare. Les projections de boue, les insectes qui s’écrasent sur le verre ont un impact négatif sur la puissance de l’éclairage. La visière du casque doit être également sans taches, quitte à s’arrêter pour la nettoyer au même moment que l’éclairage avant.

Les lampes du phare s’usent avec le temps et la durée d’utilisation. La baisse d’efficacité est progressive, ce qui demande un changement régulier. Lors du remplacement, évitez de dépasser la puissance de la lampe préconisée par le constructeur.

Si vous ne respectez pas cette règle, vous serez d’une part en infraction, et d’autre part les fils électriques risquent de mal supporter le supplément d’énergie à fournir. Certaines lampes de puissance compatible, mais d’une conception différente donnent d’excellents résultats et sans risque.

Enfin pour éviter d’être ébloui par les phares des véhicules croisés sur votre chemin, vous pouvez équiper votre casque d’une visière jaune étudiée pour la moto de nuit ou opter pour des lunettes de nuit avec verres anti-reflets teintés en jaune.

Être bien vu la nuit est aussi important que de bien voir

Bien qu’évidente, la recommandation prioritaire reste la réduction de la vitesse. Au-delà du risque de mauvaise appréciation des distances, la conduite de nuit à moto comporte des dangers spécifiques, vagabondage d’animaux, conduite sous l’emprise de l’alcool…

Être vu de loin implique un équipement particulier. Le feu arrière d’un deux-roues peut être difficile à percevoir, surtout par temps de pluie ou de brouillard. Même parfaitement propre et irréprochable du point de vue de l’entretien, le feu arrière demeure le plus souvent insuffisant.

Le port de brassards réfléchissants ou d’un gilet muni de bandes réfléchissantes constitue une sécurité supplémentaire lors de la conduite de nuit à moto. Les propriétaires de cyclomoteurs circulant en ville doivent éviter les LED clignotantes qui ne signalent pas la présence du véhicule de manière efficace.

Votre deux-roues peut également être équipé de catadioptres et/ou de bandes réfléchissantes autocollantes parfois adaptées à un modèle spécifique.

Le conseil d'Hervé !
Les accidents nocturnes impliquant une moto sont beaucoup plus graves que les accidents de jour. Malgré une circulation 5 fois moins importante que le jour, les statistiques font état de 47 % d’accidents mortels durant la nuit.
Comparer les devis moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis moto