MENU

Les Français filent le parfait amour avec l’assurance-vie. Ce placement reste leur préféré, indique un rapport publié le 26 juin dernier par la Banque de France. Ce document passe au crible les caractéristiques et l’évolution de l’épargne financière des ménages. Fin 2017, les encours des principaux placements financiers atteignaient 5 024 milliards d’euros.

Un produit qui s’essouffle

Les Français consacrent environ 65% de leurs placements aux produits de taux. Dans ce domaine, ils privilégient les dépôts bancaires et l’assurance-vie en euros. L’année dernière, les assurances-vie représentaient 38% de l’ensemble des placements financiers. Cette proportion indique une baisse de -2% par rapport à 2016. Dans le détail, les supports en euros représentent à eux seuls 32% de l’ensemble des placements.

Les flux vers l’assurance vie s’établissent à 35 milliards d’euros, pour une collecte nette de 7,2 milliards d’euros. Ils affichent une nette diminution (-17%) par rapport à 2016. Si l’assurance-vie reste un placement phare, c’est aussi un produit qui s’essouffle. Cette évolution s’explique par « la poursuite de la baisse du rendement moyen des contrats en euros », estimée à -1,8% l’année dernière, mais aussi par « la politique commerciale active des assureurs en faveur des contrats UC ».

Allergie aux risques

Outre l’assurance-vie, les ménages se tournent massivement vers l’épargne réglementée. Livret A, PEL, LEP… Tous ces produits représentaient un encours de 733 milliards d’euros fin 2017 (+2,5% sur un an) soit 14,6% du patrimoine financier des Français. La rémunération moyenne reste stable (1,5%), en moyenne supérieure à l’inflation. Bien que bloqué à un taux de 0,75% inférieur à l’inflation, le livret A comptait 8 milliards d’encours l’année dernière.

Ce produit garde surtout sa popularité parce qu’il garantit la fluidité de l’épargne. Les Français se montrent plus frileux sur les produits à risque comme le plan d’épargne en actions (PEA). Les flux de placements en actions détenues indirectement (via des fonds) sont bien redevenus positifs l’an passé, à hauteur de 3 milliards d’euros. En revanche, le phénomène inverse a frappé les flux d’actions détenues directement, qui ont baissé de 4 milliards sur l’année.

Comparer les devis assurance auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis assurance auto