MENU

Assurance emprunteur et perte d’emploi

Si vous avez contracté un crédit immobilier, vous avez sans aucun doute souscrit une assurance emprunteur. Avec cette dernière, il existe une garantie optionnelle : l’assurance perte d’emploi. Deux cas de figure se présentent :

  • Si vous n’avez pas choisi cette option, dont le coût est assez élevé, la perte d’emploi n’aura pas d’impact sur le remboursement de votre prêt immobilier : il vous faudra payer les mensualités.
  • Si vous avez pris cette garantie, elle vous permet d’être accompagné par votre assurance emprunteur. Celle-ci peut prendre en charge vos mensualités à condition d’être inscrit à Pôle Emploi après la perte involontaire de votre emploi. Sachez donc que l’assurance perte d’emploi ne couvre que le licenciement, mais aucunement la démission et la rupture conventionnelle. En outre, l’application de cette garantie varie d’un établissement de crédit à un autre : durée et mode d’indemnisation, plafond journalier, délai de carence (période de 6 à 12 mois qui suit l’adhésion et pendant laquelle la garantie ne joue pas), mais aussi délai de franchise, situé juste après le licenciement et au cours duquel l’assureur ne vous indemnise pas durant 3 à 6 mois. Ces périodes ont pour point de départ soit le début d’indemnisation par le Pôle Emploi, soit la date de licenciement.

Perte d’emploi : qu’en est-il des autres assurances ?

Si vous perdez votre emploi, le poids des assurances peut être important sur votre budget. Vous disposez toutefois de certains recours pour les résilier, les adapter à votre nouvelle situation ou revoir les prix à la baisse.

  • Pour l’assurance auto : la résiliation est possible à condition que cette assurance vous couvre pour les trajets domicile-travail. Si tel est le cas, vous avez 3 mois à compter du licenciement ou du départ volontaire pour formuler votre demande sous forme de lettre recommandée avec accusé de réception. Si vous souhaitez conserver votre véhicule, vous pouvez par exemple lui demander d’opter pour un kilométrage limité, afin de faire baisser le montant de votre prime.
  • Pour l’assurance santé :

Si vous aviez une mutuelle d’entreprise, trois solutions s’offrent à vous :

  1. Résilier le contrat dès votre départ pour rejoindre, par exemple, la mutuelle de votre conjoint.
  2. Profiter de la portabilité et maintenir vos garanties santé ainsi que celles de vos ayants droit, pendant 9 mois maximum après la perte d’emploi. Attention toutefois, la portabilité est assortie de plusieurs conditions : vous ne devez pas avoir été licencié pour faute lourde et la cessation de votre contrat doit ouvrir à une prise en charge par l’Assurance chômage.
  3. Demander la transformation de votre mutuelle d’entreprise en contrat individuel.

Si vous aviez une mutuelle à titre individuel :

  1. Vous pouvez choisir de la conserver au moins jusqu’à la date anniversaire pour ensuite opter pour une complémentaire santé moins onéreuse.
  2. Vous pouvez, selon vos ressources annuelles, bénéficier de certaines aides de l’État comme la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou l’ACS (l’aide au paiement d’une complémentaire santé), qui permet de réduire le coût de sa mutuelle.
Le conseil d'Hervé !
Lire attentivement les garanties de votre assurance chômage. La période de remboursement des mensualités peut varier d’une compagnie à l’autre et est généralement fixée à 18 mois maximum.
Comparer les devis assurance auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis assurance auto