MENU

Que doit faire le témoin d’un sinistre ? 

Dans les cas les plus graves, le premier rôle du témoin d’un accident de la route est de :

  • prévenir les secours,
  • porter assistance aux éventuelles victimes dans la limite de ses capacités, 
  • sécuriser au mieux les lieux afin que l’accident ne prenne pas plus d’ampleur.

Plus qu’un devoir, c’est une obligation légale, puisqu’en cas de non-respect de cette obligation, le témoin peut être poursuivi en justice pour non-assistance à personne en danger.

Quel rôle joue le témoin d’un sinistre dans une procédure d’indemnisation ?

Lors d’un accident n’entraînant que des dégâts matériels, le témoin sera tout de même sollicité par l’assureur pour lui permettre de mieux dégager les responsabilités des conducteurs. Grâce à une vision externe et neutre de l’accident, un témoignage peut en effet être essentiel pour déterminer les responsabilités des tiers impliqués ou pour simplement confirmer ce qui a été précisé lors de la rédaction du constat amiable.

D’ailleurs, le ou les témoins doivent ainsi indiquer sur celui-ci leurs nom, adresse et numéro de téléphone. S’il le juge utile, l’assureur enverra ensuite au témoin un imprimé à compléter, dont un croquis.

En règle générale, les assureurs ne s’appuient sur le ou les témoignages que pour départager les responsabilités lorsque les déclarations divergent. Il est à noter que les faits nouveaux sont rarement pris en compte, sauf lorsqu’ils apportent un élément déterminant sur la responsabilité d’un des tiers impliques.

Le témoignage d’un passager peut-il être pris en compte par l’assureur ?

Ne peuvent être pris en compte que les témoignages dont l’impartialité ne fait aucun doute, ce qui exclut les membres de la famille et les personnes transportées. À part ces personnes, n’importe qui peut être témoin, à condition d’être majeur.

Le rôle d’un témoin étant important, il doit se garder de porter un quelconque jugement ou d’être influencé par des éléments subjectifs. Sa déclaration doit se limiter à constater les faits observés sans apporter son avis personnel. Lorsqu’aucun témoin n’est présent lors d’un accident, précisez-le sur le constat afin d’éviter la présentation ultérieure de faux témoignages.

Quels sont les devoirs d’un témoin en assurance ? 

Comme énoncé plus haut, en cas de non-assistance à personne en danger la responsabilité du témoin peut être engagée. Attention, il ne s’agit pas de vous mettre en danger ni d’agir de manière impulsive, il vous est seulement demandé de contacter les secours, ainsi que d’effectuer les gestes de premier secours si vous les connaissez.

En cas d’accident entraînant des dommages corporels, le témoignage est recueilli par les forces de l’ordre et les coordonnées du témoin sont précisées dans le procès-verbal d’accident. Cette déclaration peut au besoin être produite en justice, ce dont le témoin est avisé. Il est également informé des risques encourus en cas de faux témoignage.

Lors d’un accident de la circulation associé à des dommages corporels ou seulement matériels, le témoignage peut ainsi revêtir une grande importance pour déterminer les responsabilités. Relater les faits constatés doit donc être réalisé de la manière la plus précise possible. Une erreur est toutefois toujours possible, ce qui ne peut porter préjudice au témoin dans la mesure où l’acte est involontaire.

Un cas fréquent où le témoignage est important  : lorsque le conducteur du véhicule en faute prend la fuite, qu’il s’agisse d’un accident matériel ou corporel. Le rôle du témoin peut alors devenir déterminant pour identifier l’auteur des faits et décrire avec exactitude le déroulement de l’accident.

Comparer les devis assurance auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis assurance auto