MENU

Auto : taxes sur les carburants, contrôle technique, prime à la conversion, hausses des tarifs d’assurance…

  • Pas de hausse des taxes sur les carburants

L’année 2019 devait débuter par une hausse des taxes sur les carburants (diesel, essence, fioul), élément déclencheur du mouvement des “gilets jaunes” et de la colère des français. Suite à une importante mobilisation des automobilistes ces dernières semaines, le gouvernement a finalement annoncé que le carburant ne subirait pas la hausse de taxation prévue pour le 1er janvier 2019.

  • Suspension du durcissement du contrôle technique

La mobilisation des français qui dure depuis fin octobre a poussé le gouvernement à faire d’autres gestes en faveur des automobilistes, comme la suspension du durcissement du contrôle technique, lui aussi prévu pour le début de l’année 2019. Cette mesure visait à empêcher la circulation de véhicules diesel émettant trop de particules.

  • Développement massif de la prime à la conversion

Mi-novembre, Édouard Philippe a également annoncé son souhait de développer massivement la prime à la conversion automobile qui consiste à favoriser le remplacement de voitures anciennes trop polluantes par des véhicules plus propres. En fonction du taux d’émission de CO2 du véhicule et de la situation fiscale de son propriétaire, cette prime peut aller jusqu’à 2500€. En 2018, elle a même été appliquée à l’achat des voitures d’occasion. Pour 2019, le Premier Ministre prévoit que son montant puisse aller jusqu’à 4000€ pour les foyers les plus modestes.

  • Hausse des tarifs de l’assurance auto

Si l’augmentation de la taxation sur les carburants a été gelée, les automobilistes français vont tout de même subir quelques hausses début 2019, notamment celle des tarifs de l’assurance auto. Une augmentation qui reste modérée puisque les prévisions parlent d’une hausse moyenne de 1% à 2% due à plusieurs éléments qui, cumulés, coûtent chers aux assureurs et se répercutent sur le coût de la prime d’assurance auto des français. Parmi ces éléments : l’augmentation du nombre d’accidents et du coût de leur prise en charge, des voitures de plus en plus chères à réparer et une hausse du prix des pièces détachées.

  • Augmentation du prix des péages

Autre hausse à prévoir pour les automobilistes : celle du prix des péages autoroutiers qui est estimée entre + 0,10% et + 0,40% sur les principaux réseaux d’autoroute. L’origine de cette hausse est la validation par le Conseil d’État du plan d’investissement autoroutier voulu par le Président François Hollande en 2016 et qui sera en partie financé par l’augmentation des tarifs aux péages. Ces investissements vont notamment permettre des aménagements environnementaux, la construction ou la restructuration d’échangeurs, et la création de zones dédiées au covoiturage aux abords des autoroutes.

  • Chasse aux véhicules non assurés

Autre réforme mise en place à partir du 1er janvier 2019 : la détection par les forces de l’ordre des véhicules qui ne sont pas assurés. Lors d’un contrôle ou d’un accident, ils pourront consulter rapidement le FVA (Fichier des Véhicules Assurés) et verbaliser les automobilistes qui conduisent un véhicule sans assurance. Assurer sa voiture est obligatoire en France, même si l’engin ne quitte jamais son garage ou qu’il n’est pas immatriculé. À moyen terme, les lecteurs automatiques de plaques d’immatriculation dont sont équipées les autorités pourront aussi interroger ce fichier, tout comme le centre de traitement des amendes de Rennes qui vérifiera si les automobilistes flashés par un radar automatique sont bien assurés.

Santé : sécu étudiante, reste à charge zéro, taxe sur les complémentaires, téléconsultation…

  • Plus de sécurité sociale étudiante

Depuis la rentrée universitaire de septembre 2018, les étudiants ne sont plus affiliés au régime de la sécurité sociale étudiante. Désormais, c’est la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) qui se charge de la gestion de leur assurance maladie. Il s’agit généralement de celle de leurs parents ou de leur responsable légal. Les étudiants déjà rattachés à une sécurité sociale étudiante pour l’année 2018-2019 resteront affiliés à celle-ci. Mais à partir du 1er septembre 2019, l’ensemble des étudiants seront rattachés à la Caisse de leur lieu de résidence. Les futurs étudiants n’auront plus à réaliser de démarches, ils continueront à être affiliés à leur régime de protection sociale actuel.

  • Reste à charge zéro

Dès le 1er janvier 2019, les français pourront profiter du remboursement intégral de certains soins dentaires, optiques et auditifs. Toutes les personnes bénéficiant d’une complémentaire santé pourront avoir accès à cette offre. Cette réforme, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, sera mise en place progressivement

– À partir de 2019

Dès avril 2019, le prix d’une majeure partie des soins auditifs et dentaires sera plafonné. Le gouvernement indique sur son site internet une « augmentation de 100 euros du remboursement des aides auditives (sécurité sociale + complémentaire) ».

– À partir de 2020

Le reste à charge devrait s’appliquer aux soins optiques et à une partie des soins dentaires (bridges, couronnes). On peut lire sur le site du gouvernement : « pour les aides auditives, le plafond sera abaissé de 200€, et le remboursement augmentera de 50€ (soit 250€ de reste à charge en moins en moyenne). »

– À partir de 2021

Le reste à charge zéro s’appliquera à l’ensemble des soins optiques, dentaires et auditifs.

  • Taxe sur les complémentaires santé

Une nouvelle taxe devrait peser sur les organismes d’assurance maladie complémentaire (OCAM). Cette taxe est prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. Un amendement voté au Sénat prévoit une hausse de 40% de la taxe de solidarité additionnelle appliquée aux contrats de complémentaire santé.

  • Téléconsultation

Depuis le 15 septembre 2018, les actes de téléconsultation sont pris en charge par l’Assurance maladie. Ces téléconsultations sont accessibles à l’ensemble des assurés. D’après la Haute Autorité de Santé (HAS), c’est au tour de la télé-expertise d’intégrer le processus de remboursement par l’Assurance maladie à partir de février 2019. Une certaine catégorie de patients sera concernée avant de l’élargir à l’ensemble des patients en 2020.

Assurance habitation : hausse des tarifs

La principale information à retenir en ce qui concerne ce produit d’assurance en 2019 demeure la hausse continue de ses tarifs par rapport à 2018. Ainsi, selon le cabinet Fact & Figures, l’assurance habitation devrait enregistrer une augmentation moyenne de ses coûts de 1 à 2%, avec une majorité des contrats devant subir une majoration comprise entre 0 et 5%. Pour en savoir plus sur les raisons de la hausse des tarifs de l’assurance habitation.

Assurance emprunteur : date d’anniversaire du contrat et fin de l’exonération fiscale de la TSCA

  • La date d’anniversaire est la date de signature de l’offre de prêt

Le premier changement en 2019 concernant l’assurance emprunteur est en réalité une mise au point. Il s’agissait alors de clarifier la date d’anniversaire du contrat, essentielle pour résilier son assurance d’après la loi Sapin II. L’emprunteur, entre la date de signature du prêt, la date d’effet du contrat ou encore la date d’adhésion au contrat, pouvait vite se sentir perdu. Désormais, le CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier) a tranché : la date d’anniversaire sera la date de signature de l’offre de prêt, et ce pour tous les contrats. Cette mesure entrera en application au plus tard au second semestre 2019.

  • Fin de l’exonération fiscale de la Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance

Autre évolution du produit de l’assurance emprunteur, qui jouera cette fois-ci moins en faveur de l’assuré. Le gouvernement souhaite mettre fin à l’exonération fiscale de la TSCA (Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance) pour l’ensemble des contrats souscrits à partir de janvier 2019. Cette taxe de 9% concernerait uniquement la garantie décès des contrats, la seule partie qui restait encore exemptée. La conséquence d’une telle mesure conduirait à une hausse relative des tarifs de l’assurance emprunteur, en plus de rendre difficile la recherche chez la concurrence d’un nouveau contrat, plus cher car ne disposant pas de l’exonération contrairement à l’ancien (si ce dernier est signé avant janvier 2019).

Cette mesure avait depuis peu reçu une halte de la part du Sénat qui souhaitait la supprimer. Cependant, l’Assemblée Nationale, décideur final, a bel et bien validé cette hausse des taxes qui prendra effet à partir du 1er janvier 2019.

Prêt immobilier : 2019, une autre belle année pour l’achat immobilier

Concernant le prêt immobilier, les avis du marché stipulent que les taux d’intérêt enregistreraient une remontée progressive en 2019. Mais selon de nombreux spécialistes du secteur, cette hausse relative ne devrait en aucun cas altérer l’attractivité des taux. 2019 sera donc a priori une autre belle année pour l’achat immobilier. Pour info, les prix de l’immobilier continueront à augmenter, même légèrement, dans les plus grandes villes françaises, avec en tête de file Paris.

Banque : gel des tarifs bancaires et plafonnement des frais d’incidents pour les clients fragiles

  • Gel des tarifs bancaires

Tous les ans en début d’année, les banques présentent leurs nouvelles grilles tarifaires. Cette année, suite à la crise des “gilets jaunes” et à leur rendez-vous avec le Président de la République le 11 décembre, les grandes banques françaises ont annoncé le gel de leurs tarifs.

  • Plafonnement des frais d’incidents pour les clients fragiles

Toujours en réaction au mouvement des “gilets jaunes”, les banques se sont également engagées à plafonner les frais d’incidents bancaires pour des clients en situation financière fragile.

Énergie : prolongation du crédit d’impôt pour la transition énergétique et de l’éco-prêt à taux zéro, augmentation du montant du chèque énergie

  • Prolongation du crédit d’impôt pour la transition énergétique

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) est prolongé pour 2019, avant sa transformation en une prime travaux pour 2020 à destination des ménages les plus modestes. Pour rappel, le CITE permet de bénéficier d’une réduction de 30% du montant des travaux de rénovation énergétique directement sur l’impôt sur le revenu.

  • Prolongation de l’éco-prêt à taux zéro

L’éco Prêt à Taux Zéro (éco-PTZ) est finalement prolongé de 2019 jusqu’en 2021. Cette aide permet de financer jusqu’à 30 000 euros de travaux de rénovation énergétique, tout en profitant d’un emprunt sans intérêt. Parmi les nouveautés, une personne propriétaire d’un logement de plus de deux ans pourra désormais bénéficier du prêt, et aura la possibilité de l’utiliser pour une seule et même tâche, et non plus pour un ensemble de tâches.

  • Augmentation du montant moyen du chèque énergie

Le montant moyen du chèque énergie va augmenter en 2019 : il passera alors de 150 à 200 euros par an. 740 millions d’euros de chèques seront émis en 2019 contre 560 millions en 2018, faisant bénéficier 3,7 millions de foyers.

Comparez, changez et économisez avec LesFurets.com

Comme chaque année au 1er janvier, beaucoup de choses vont changer pour les consommateurs français. Mais subir ces hausses et modifications n’est pas une fatalité. Il est possible de changer d’assureur auto, d’optimiser ses garanties santé, de renégocier son prêt immobilier et de choisir une nouvelle assurance emprunteur, de racheter ses crédits conso, de comparer les différentes offres bancaires, de changer de fournisseur d’énergie ou de souscrire à la meilleure offre de box internet. C’est possible et c’est facile sur LesFurets.com.

Comparer les devis assurance auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis assurance auto