MENU

Payer le taxi en carte bancaire n’a rien d’une évidence à Paris. La loi impose aux chauffeurs de disposer « d’un terminal de paiement électronique afin de permettre le règlement par carte bancaire », rappelle la préfecture de police. Cette règle n’est pas toujours appliquée, rapporte Le Parisien.

Signaler les faits et porter plainte

C’est la mauvaise surprise en fin de course. Le chauffeur n’accepte pas la carte bancaire ou assure que son terminal de paiement ne fonctionne pas. « Lorsque les terminaux sont cassés, les chauffeurs ne se précipitent pas forcément pour les réparer », reconnaît la Fédération Nationale des Artisans du Taxi. Résultat, le client doit trouver en catastrophe un distributeur de billets. Pendant ce temps, le compteur continue de tourner.

Cette pratique reste répréhensible, indique la CGT taxi. Le client peut signaler les faits à la préfecture de police, qui se chargera d’adresser au taxi une réclamation de mise aux normes dans un délai de six mois. En revanche, la préfecture ne prend pas en charge le remboursement « des sommes indûment perçues par les chauffeurs de taxis ». Le passager floué devra lui-même déposer une plainte « auprès de l’autorité judiciaire compétente ».

Jusqu’à 1 500 euros d’amende

Pour éviter cette situation, plusieurs compagnies proposent des applications mobiles. Le client enregistre sa carte bancaire pour commander un taxi. Ce service coûte un supplément forfaitaire unique, déterminé par la préfecture de police. Comptez 4 euros pour une course immédiate et 7 euros pour une réservation plus longue, en plus du prix de la course. Les entreprises G7, Alpha et Taxis Bleus ont déjà adopté ce système.

Pour rappel, un taxi sans terminal de paiement risque 68 euros d’amende. La sanction devient plus sévère pour le chauffeur qui refuserait de se servir de son équipement. Il risque 1 500 euros d’amende, une suspension de permis et une sanction disciplinaire. De son côté, la CGT incrimine des commissions bancaires parfois « exorbitantes, alors que les taxis ne sont pas rémunérés en contrepartie ». Certains taxis locataires dépendraient complètement de leur propriétaire.

Comparer les offres des banques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres des banques