MENU

Changer de banque reste compliqué. Commissions d’intervention juteuses, hausse des frais de transfert pour l’épargne, clauses abusives de domiciliation des revenus autant d’obstacles à la mobilité bancaire des consommateurs. Une nouvelle étude de l’UFC-Que Choisir publiée ce mercredi pointe les insuffisances du système.

Démarches « trop longues et compliquées »

La loi Macron en vigueur depuis 7 mois devait faciliter le passage d’un établissement bancaire à un autre. Pourtant, « les consommateurs font face aux premières défaillances du service d’aide à la mobilité bancaire » affirme l’association de protection des consommateurs. UFC-Que Choisir a mené l’enquête auprès de 4 900 particuliers. Il en ressort que 24% des personnes interrogées souhaitent changer de banque dans les 12 prochains mois.

Ce désir est contrarié par « des démarches qui demeurent trop longues et compliquées » dans près d’un cas sur deux (40%). Les principales difficultés viennent d’un refus de mandat de mobilité, d’erreurs commises lors du transfert des domiciliations, ou encore de délais régulièrement non respectés. L’association met également en avant des procédures de mobilité toujours inachevées plusieurs mois après la signature du mandat.

Jusqu’à 18% de frais pour les produits d’épargne

Ces mauvaises pratiques « sont à l’origine de la facturation de juteuses commissions d’intervention sur le compte de départ ». Pourtant, la loi sur la mobilité bancaire impose la gratuité du transfert automatisé des domiciliations des virements et prélèvements. « Les banques se sont rattrapées sur les tarifs de transfert des produits d’épargne, non plafonnés » dénonce l’association de consommateurs. Les hausses de frais atteignent parfois 18% pour certains produits d’épargne sur les cinq dernières années !

« La logique de certains établissements bancaires est claire : rendre la mobilité bancaire moins attractive pour les consommateurs » tranche l’étude. De son côté, la Fédération bancaire française a réagi en indiquant que « tout a été mis en œuvre pour permettre le bon fonctionnement du nouveau dispositif de mobilité bancaire », assurant que les demandes étaient « aujourd’hui traitées dans la plus grande fluidité ».

Comparer les offres des banques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres des banques