MENU

La France compte aujourd’hui environ 3,6 millions de Français en situation de fragilité financière. Leur nombre a augmenté de 1,2 million en un an, indique le rapport annuel de l’Observatoire de l’Inclusion bancaire publié ce mardi 12 juin. Pourtant, c’est une bonne nouvelle. Cela signifie que ces clients sont mieux recensés qu’avant.

320 euros par mois de frais bancaires

Cette hausse impressionnante traduit « une amélioration du recensement des personnes en situation de fragilité financière », explique François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, président de l’Observatoire. Pour ne pas aggraver la situation de ces personnes fragiles précise Le Figaro, le gouverneur a plaidé en faveur d’un « plafonnement global ». L’ensemble des frais bancaires pourrait ainsi ne plus dépasser un montant maximal.

En France, un chèque sans provision coûte 50 euros au client en difficulté. Comptez 20 euros pour un rejet de prélèvement ou de virement. Les personnes aux finances fragiles payent ainsi en moyenne 320 euros de frais de bancaires par an. Cette somme se répartit entre 150 euros de commissions d’intervention et 230 euros de frais de rejet. Les clients pourraient cependant réduire cette facture en souscrivant à « l’offre spécifique » mise au point en 2013.

Un plafond de 20 euros par mois

Ce système vise les personnes en situation de fragilité financière. Il leur permet de bénéficier de services bancaires de base pour 3 euros maximum par mois. Peu de personnes souscrivent pourtant à ce dispositif, qui « reste insuffisamment déployé ». Cette « offre spécifique » allège pourtant considérablement la note. Les frais bancaires ne peuvent y dépasser 4 euros par opération contre 8 euros en temps normal. Par ailleurs, ils sont plafonnés à 20 euros contre 80 euros.

Cette offre a réuni 351 000 bénéficiaires l’année dernière, soit une augmentation de +40% en un an. Ce chiffre ne représente que 10% des usagers éligibles. L’Observatoire a donc « adopté fin 2017 des préconisations visant à ce que les banques mettent en place une organisation et des moyens renforcés ». Objectif, former les employés des banques pour rendre cette offre plus accessible et plus visible. De quoi aider les ménages fragiles et repousser le spectre du surendettement.

Comparer les offres des banques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les banques