MENU
Voir tous les articles

Rentrée scolaire : Faîtes garder vos enfants pour moins d’un euro de l’heure avec Yoopies

A la rentrée, tous les parents se posent les mêmes questions : Comment faire garder leurs enfants après l’école ? Comment trouver une nounou de confiance à un tarif abordable ? Pour répondre à ces deux problématiques, LesFurets.com vous propose de découvrir Yoopies, qui a lancé la garde d’enfant à moins d’un euro de l’heure. Nous avons rencontré Benjamin Suchar, son co-fondateur.

Qui est Benjamin Suchar ?

Yoopies est la deuxième entreprise de Benjamin Suchar. Alors qu’il était encore étudiant, il crée Checkmymetro, un réseau social qui met en relation les usagers des transports en commun. Il fonde Yoopies en 2012, avec Jessica Cymerman, journaliste, écrivain et amie de longue date.

Son idée Budget Futé ?

Yoopies met en relation des baby-sitters et des parents, prend en charge les démarches administratives à leur place et propose des tarifs défiant toute concurrence.

Comment avez-vous eu l’idée de Yoopies ?

Deux de mes grandes sœurs sont devenues mères lorsque je vivais à l’étranger. A mon retour, j’ai voulu organiser un dîner et cela s’est avéré extrêmement compliqué pour elles de faire garder les enfants. Je me suis vite rendu compte qu’elles n’avaient que deux options : payer une agence spécialisée, ce qui est extrêmement cher ou se tourner vers les petites annonces de quelques lignes laissées en boulangerie, ce qui n’est pas rassurant. L’idée de Yoopies a germé à la suite de ce dîner : créer une plateforme de confiance qui donnerait un autre choix aux parents.

Pourquoi avoir choisi de fonder Yoopies avec Jessica Cymerman ? Etiez-vous amis ?

Nous étions amis, mais cela n’explique pas tout. J’avais seulement 25 ans quand j’ai monté ce projet, je souhaitais être accompagné de quelqu’un qui avait déjà eu des enfants pour apporter plus de crédibilité au projet d’une part mais surtout une expertise. Jessica était déjà mère à l’époque, elle a quatre enfants aujourd’hui, mais c’est surtout une spécialiste de la petite enfance. Elle a publié des ouvrages sur le sujet. C’était la personne idéale pour créer ce projet avec moi.

Comment êtes-vous passé de l’idée à la réalisation ?

Les bases de notre projet ont été posées lors d’un Start-up Week-end, qui permet de créer une entreprise en 54 heures. L’opération était extrêmement stimulante et cela nous a permis d’échanger avec beaucoup de monde sur notre projet. Nous avions depuis le départ le sentiment que le frein le plus important à lever serait celui de la confiance et cela s’est confirmé au fil de nos réflexions. Nous avons aussi pensé à simplifier au maximum les démarches administratives liées à l’embauche d’une nounou et bien sûr à une manière de proposer des coûts peu élevés. La garde d’enfant, comme tous les services à domicile, semblent réservée à une élite, nous nous sommes donnés pour but de les démocratiser.

Comment avez-vous réussi à rassurer les parents ?

Premièrement, nous évaluons les baby-sitters sur une cinquantaine de critères. Une fois leur annonce postée sur le site, ce sont les parents eux-mêmes qui deviennent référents, et qui recommandent une nounou qu’ils ont déjà embauchée. La plateforme est reliée à Facebook, ce qui leur permet de voir s’ils n’ont pas des amis en commun avec d’autres parents qui auraient recommandé une nounou. Les parents peuvent entrer en contact, se poser des questions… Facebook remplace le bouche à oreille.

Les parents utilisent-ils Yoopies pour des gardes ponctuelles ou des gardes à l’année ?

Les deux sont possibles. Les gardes le soir, les sorties d’école… Nous référençons également les annonces d’assistante maternelle. Au fil des années, nous avons aussi développé d’autres services, comme le ménage, la garde d’animaux et l’aide aux séniors.

Comment avez-vous recruté les premières nounous ?

Au départ, nous sommes allés les chercher là où elles trouvaient. Nous avons distribué des tracts aux sorties d’école, dans les résidences étudiantes… Nous avons commencé avec une dizaine d’inscrites, pour arriver à plus 600 000 intervenants en deux ans, toute catégorie confondue.

Quelle économie peut-on espérer réaliser en utilisant Yoopies ?

Nous proposons les services de baby-sitter auto-entrepreneuses à moins d’un euro l’heure de garde. Ce tarif est possible après que les aides sociales et fiscales soient entrées en jeu. Nous avons en effet automatisé toutes les démarches administratives pour les parents, toutes les aides existantes qu’elles soient nationales, départementales ou même propres à une ville afin de simplifier la vie des familles.

Pour les baby-sitters qui ne sont pas auto-entrepreneuses, le coût horaire pour les parents monte à 2,20 euros. Nous avons créé un simulateur en ligne pour qu’ils puissent calculer par eux-mêmes. Dans les deux cas, les nounous, elles, sont elles rémunérées entre 9 et 11 euros de l’heure.

Benjamin Suchar, co-fondateur de Yoopies

Comment vous rémunérez-vous ?

Pour les nounous, le service est gratuit. Les parents peuvent utiliser le site gratuitement, mais ils n’ont alors le droit que de contacter une seule baby-sitter. S’ils souscrivent un abonnement de 6,90 euros/mois, ils ont accès à toutes les annonces et peuvent contacter autant de baby-sitters qu’ils le souhaitent. Nous prélevons ensuite entre 0,50 et 1 euro par réservation.

Dans combien de pays êtes-vous présents ? Le marché est-il différent là-bas ?

Nous sommes présents en Espagne, en Italie, en Belgique et en Suisse. Les marchés sont en effet très différents de la France, mais aussi les uns des autres. En Espagne, la structure familiale est très forte par exemple. En Suisse, les places en crèche manquent cruellement… Il y a tout de même des points communs, comme l’attrait pour une solution digitale et le besoin de confiance des parents.

La législation actuelle vous semble-t-elle adaptée à la problématique de la garde d’enfant ?

Nous sommes sur une logique de salariat qui ne correspond pas à la réalité du secteur des services à la personne. C’est pourtant un vivier de 2 millions d’emplois, qui, selon moi, ne sera pas touché par la robotisation : aucun parent ne souhaite que son enfant soit gardé par un robot. Le véritable défi des autorités est de réfléchir à un cadre plus souple et plus adapté à la réalité afin de faire disparaître le travail au noir, qui aujourd’hui, est notre premier concurrent.

Quels sont vos projets d’avenir ?

Nous avons lancé une application qui permet aux parents de trouver une nounou en moins de 10 minutes. Ces baby-sitters sont les plus référencées sur notre site. Nous souhaiterions étendre ce dispositif aux autres services que nous proposons. D’un point de vue plus global, nous avons pour ambition de devenir leader en Europe.

LES AGITATEURS DE CHANGEMENTS

LesFurets.com, via sa page Budget Futé, souhaite mettre en avant les initiatives de professionnels et de particuliers qui vous font économiser et consommer plus intelligemment. Ils s’inscrivent dans l’ère du temps, pensent l’économie autrement et proposent des solutions concrètes, simples et pratiques pour améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 commentaire(s)

    1. Emilie

      je suis assmat, et clairement je peut affirmer qu’aucune assmat de france que je connais (et j’en connais plus de 4000, merci mon groupe) n’est rémunérée entre 9 et 11€ de l’heure. La moyenne se situe à 3e de l’heure avant l’aide pajemploi et les déductions fiscales de 50% de ce qu’on réellement payé les parents(soit l’ensemble de la somme moins les aide caf)

    En savoir plus