MENU
Voir tous les articles

Cafés, livres suspendus : découvrez la consommation solidaire

Restauration, sorties, culture… dans toute la France, de nouveaux modes de consommation émergent prônant le partage et le vivre ensemble.

Au comptoir du Moulin à café, restaurant associatif du 14e arrondissement de Paris, il est très courant de commander un « café suspendu ». La formule pourrait vous surprendre, mais pas les habitués de la maison. Ici, chacun sait que l’expression sonne comme une bonne nouvelle pour les clients les plus modestes.

Car le principe du « café suspendu » ou « en attente » consiste à commander deux cafés, un pour soi et l’autre pour une personne qui ne peut pas se l’offrir (sans-abris, chômeur, étudiant désargenté…). Né d’une tradition napolitaine, le « café suspendu » appelé là-bas « caffè sospeso », se développe de plus en plus dans toute la France.

Un restaurant social

Pour Eddy, le responsable, l’initiative était une évidence :« Nous avons essayé les cafés suspendus en novembre 2014, dans le cadre du mois de l’Économie sociale et solidaire. Ca a très bien fonctionné. Cette démarche est cohérente avec tout ce que l’on fait ici et avec nos valeurs.». Le Moulin à café est un restaurant associatif où l’on propose de la cuisine maison, bio et locale à petits prix et des activités gratuites.

Près du comptoir, une ardoise informe les clients du nombre de cafés en attente. Le public habitué veille à ce que l’ardoise ne reste jamais vide. « On fait confiance aux clients, insiste Eddy. Les serveurs sont bénévoles et ne posent aucune question à ceux qui commandent un café suspendu. Si certains ont les moyens et veulent quand même en profiter, ils se débrouillent avec leur conscience. »

Jeux de piste solidaires

Solidarité est aussi le maître mot de Flora Doubilet, fondatrice de PariSolidari-Thé, une entreprise sociale. La jeune femme propose au public des jeux de piste solidaires pour découvrir ou redécouvrir Paris autrement.

À la fin de chaque parcours, Flora invite ces explorateurs à partager un verre ou un en-cas dans différents lieux proposant le principe du café ou du repas suspendu, comme le PH 7 Équilibre, Le 3e café ou La Lingerie.

En Province, des livres suspendus

La province foisonne également d’initiatives solidaires, où de nombreux projets voient le jour, comme celui de Soizic, fondatrice de la librairie Pages d’encre, à Amiens. « Depuis septembre 2015, nous proposons des livres suspendus, explique-t-elleLes gens dans le besoin ne mettent pas les pieds dans une librairie car les livres sont chers. Nous voulions trouver un moyen de les aider.»

Une belle idée, soutenue avec enthousiasme par la clientèle. « Nos clients achètent des livres, souvent ceux qu’ils ont adorés, et les laissent à disposition. Nous les donnons au Cardan, une association locale travaillant dans les quartiers défavorisés. Ainsi, avec ce partenariat, nous sommes assurés que les livres suspendus sont utilisés à bon escient. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 commentaire(s)

    1. Chiotti

      Bravo. Encore😊😳😜

    En savoir plus