Voir tous les articles

Zoom sur les placements préférés des Français

Selon une étude d’Expert Market, les Français épargnent 3279 euros en moyenne chaque année. Un montant qui les classe parmi les citoyens les plus prévoyants d’Europe. Sans surprise, l’assurance-vie et le Livret A se situent encore au premier rang de leurs préférences.

Si vous disposez d’un peu d’épargne, vous souhaitez sans doute savoir comment la placer pour qu’elle vous rapporte davantage. Plusieurs produits proposés par les banques vous permettent d’en améliorer le rendement. Si 95% des Français possèdent un livret A, celui-ci est en perte de vitesse depuis de nombreuses années. En cause, le regain d’intérêt pour des produits plus rémunérateurs. Voici notre éclairage.

L’assurance-vie : le chouchou des Français

C’est une fois encore le placement favori de nos concitoyens. Preuve s’il en est, en avril 2017, l’encours de ces contrats s’établissait à 1 653 milliards d’euros !

Principale raison : avec un taux de rendement moyen de près de 2,5%, l’assurance-vie demeure un produit rentable. Elle est notamment plébiscitée par les épargnants qui souhaitent se constituer une rente et préparer leur retraite.

Produit souple, elle propose différentes options de la plus sûre à la plus agressive qui offrent divers niveaux de rentabilité. Elle laisse en outre une liberté concernant la fréquence des versements (mensuels, trimestriels, etc.). Enfin, que ce soit pendant la phase d’épargne ou de retrait partiel, la fiscalité est également très avantageuse.

Seul conseil, essayez d’anticiper son ouverture pour que l’effort mensuel à fournir soit moins important.

Le livret A : encore en perte de vitesse

Si 95% des Français disposent encore d’un livret A, celui-ci poursuit sa lente décroissance.

Et pour cause, son taux de rémunération a diminué de 0,25 points pour s’établir à 0,75%, un plus bas historique. Dans ce contexte, il subit donc de plein fouet la concurrence de produits plus rentables.

Le Plan d’épargne logement (PEL) relève la tête

Après des années de désamour depuis la fin des années 1990, il profite d’un regain d’intérêt. En 2014, on comptait en France 16,5 millions de PEL, soit 1,5 millions de plus qu’en 2013.

En d’autres termes, ce ne sont pas moins de 22% des Français qui en ont un. Fonctionnant comme un produit d’épargne bloquée, il produit des intérêts en vue d’obtenir un prêt immobilier.

Principal avantage : avec des taux de 2,5% en moyenne, il dispose d’un rendement intéressant.

L’épargne salariale progresse

Preuve de son succès croissant, le montant des dépôts sur ces produits a progressé de 8% en un an.

Les Français sont aujourd’hui 11 millions à avoir accès à ces placements exonérés d’impôt, mis en place par les entreprises et dont les capitaux proviennent majoritairement de l’intéressement et la participation.

Aujourd’hui, 60% des encours sont misés sur des fonds mixtes en actions et obligations qui présentent une très bonne rentabilité.

Plan d’épargne en actions (PEA) pour préparer sa retraite

A l’heure des craintes quant à la pérennité du système des retraites, le PEA fait des émules. Créé en 1992, ce produit mise sur des actions de sociétés françaises et européennes et vise à permettre à ses détenteurs de se constituer une rente en vue de leur retraite. Plafonné à 150 000 euros mais avec une rentabilité moyenne de 3,5% par an, il est clairement l’un des placements les plus intéressants.

Un conseil si vous souhaitez en ouvrir un : choisissez l’option investissement programmé !

Se constituer une épargne permet de mettre sa famille à l’abri et de disposer d’un filet de sécurité en cas de coup dur. C’est aussi un moyen de préparer sa retraite ou de disposer d’un apport en vue d’effectuer un investissement. En revanche, un seul maître mot est de rigueur : l’anticipation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    En savoir plus

    Soldes : une mort annoncée ?

    Voir tous les articles

    Depuis plusieurs années, les soldes peinent à rassembler. Souvent imputé au e-commerce, ce désintérêt s’explique plutôt par l’émergence d’une nouvelle manière de consommer. Les explications avec Véronique Varlin, directrice de l’ObSoCo, l’Observatoire Société et Consommation.