MENU

Faire crédit oui, mais pas à n’importe qui. Les organismes de crédit réclament davantage d’outils pour détecter les fraudeurs, rapporte Les Echos ce mardi. Les établissements souhaitent simplifier le traitement des dossiers, avec l’aide de la commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

Echanges de données autorisés

Les sociétés de crédit à la consommation adoptent peu à peu l’intelligence artificielle (IA) pour traquer la fraude. En revanche, ces entreprises restent discrètes sur le fonctionnement de leurs algorithmes. La technologie contribue à assainir les comptes, mais pose la question du traitement des données personnelles. L’été dernier, la CNIL a publié une « autorisation unique » relative à la fraude externe dans le secteur bancaire et financier.

Objectif, permettre à plusieurs établissements bancaires d’un même groupe de partager des informations sur leurs clients. « Sous réserve de respecter le cadre de référence adopté par la CNIL en matière de lutte contre la fraude, aujourd’hui la banque n’a plus à faire de demande d’autorisation spécifique auprès de notre institution. Tout ce qu’elle a à faire c’est de regarder si son traitement est conforme à l’autorisation et de s’engager à la respecter » explique Clémence Scottez de la CNIL

90% des fraudes sont détectées

L’Association française des sociétés financières (ASF) estime que 90% des fraudes sont détectées. Pourtant, les professionnels jugent le dispositif actuel insuffisant. « Dans une optique de lutte contre les fraudes de plus en plus sophistiquées, le fait qu’on ne puisse pas partager une alerte avec d’autres établissements permet à des fraudeurs organisés de finalement se financer » déplore Françoise Palle-Guillabert de l’ASF.

Les organismes de crédit formulent donc plusieurs demandes. Par exemple, les établissements voudraient obtenir un accès aux fichiers de données qui recensent les documents d’identité perdus ou volés. Ces pièces nécessaires à l’obtention d’un crédit constituent le maillon faible du système de crédit. Avec l’accès à ces informations actualisées régulièrement par les autorités, les sociétés de crédit espèrent garder un coup d’avance sur les escrocs.

Comparer les devis de crédit conso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis de crédit conso