MENU

Le « doggy bag », très répandu dans certains pays asiatiques et aux États-Unis, pourrait devenir obligatoire dans les restaurants français. Les députés de la commission Développement durable ont adopté mardi 3 avril un amendement qui obligerait les restaurateurs à proposer le « petit sac à toutou ». Tout ce qui n’aura pas été consommé par le client, boissons comme nourriture, serait ainsi placé dans une boîte à emporter, rapporte Le Parisien.

Lutter contre le gaspillage

L’objectif de cette mesure est tout d’abord « de généraliser une pratique existante », explique le texte. Le doggy bag est déjà encouragé par de nombreuses initiatives et une loi de février 2016, note Le Figaro. Mais rien n’est obligatoire pour les restaurateurs.

Il s’agit également de « réduire par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025 ». « Aujourd’hui, le gaspillage alimentaire, du champ à l’assiette, c’est 16 milliards d’euros par an perdus », rappelle Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire. Au restaurant, les élus ont noté que les pertes de nourriture sont cinq fois plus élevées qu’à la maison (157 grammes par personne et par repas).

« Gourmet bag »

« Il n’est bien sûr pas question de systématiser le doggy bag en obligeant le consommateur à emmener ses restes, le client ne remmènera le reste de son assiette que s’il le souhaite », explique Bérangère Abba, élue LREM de Haute-Marne, à l’initiative de cet amendement. « Le restaurateur sera par contre tenu d’accepter et d’accéder à cette demande, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ». Pour lever le frein psychologique, le terme doggy bag pourrait devenir « gourmet bag ».

Les restaurateurs sont partagés. Hubert Jean, président de la branche restauration au sein de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), estime qu’il n’est « pas très judicieux de vouloir contraindre de manière réglementaire l’ensemble de la profession ». Un autre membre de l’UMIH exerçant en Haute-Garonne applaudit, lui, la mesure. « Aujourd’hui, environ six clients sur dix le font lorsque nous leur proposons » assure-t-il à La Dépêche.

Pour être adopté définitivement, l’amendement doit maintenant être étudié en commission des Affaires économiques de l’Assemblée, puis être voté par les députés.

Comparer les devis de crédit conso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les devis de crédit conso