Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Comparer les offres
Partager sur

Plus de la moitié des réacteurs nucléaires à l’arrêt

Sur les 56 réacteurs nucléaires implantés en France, 30 sont actuellement à l’arrêt. La majorité d’entre eux (18 précisément) le sont dans le cadre de visites décennales ou d’opérations de maintenance prévues au calendrier. C’est le cas pour :

  • 4 réacteurs (sur 4) de 1450 MW.
  • 5 réacteurs (sur 20) de 1300 MW.
  • 3 réacteurs (sur 32) de 900 MW.

À l’origine, ces maintenances devaient être réparties dans le temps. Mais, crise sanitaire oblige, elles ont dû être reportées.

Pour les 12 réacteurs restants, l’arrêt n’était, en revanche, pas planifié. Il est survenu suite à la détection de problèmes de corrosion au niveau de circuits d’injection de sécurité. En cas d’accident nucléaire, ces derniers permettent de refroidir le réacteur. Sauf qu’en l’état, leur étanchéité n’est plus garantie. D’où la nécessité d’intervenir pour colmater les brèches. Seulement, les réparations pourraient s’étendre sur plusieurs années…

Ces anomalies concernent, entre autres, les réacteurs 3 de Cattenom (Moselle), B3 de Chinon (Indre-et-Loire) et 2 de Flamanville (Manche).

Parc nucléaire : un fonctionnement au ralenti

Avec la guerre en Ukraine et les difficultés d’approvisionnement en découlant, l’énergie est un sujet extrêmement sensible. Ce scénario ne pouvait, pour ainsi dire, pas plus mal tomber. D’autant plus que deux autres problèmes viennent s’ajouter : la chaleur et la sécheresse actuelles.

Non seulement les cours d’eau sont appauvris, mais leur température est plus élevée que la normale. Et l’eau rejetée après pompage – pour refroidir les réacteurs – vient les réchauffer davantage. Pour limiter ce phénomène, néfaste pour la faune et la flore, certaines centrales sont contraintes d’abaisser ponctuellement leur production. Ce fut, par exemple, le cas dernièrement dans la région du Blayais (Gironde).

La conséquence de tout cela ? Depuis fin avril, la production d’électricité est historiquement basse : 30 GW, contre 40 à 45 en temps normal durant la saison.

Électricité : une possible « pénurie » à venir ?

Pour le moment, le réseau de transport d’électricité (RTE) ne prévoit pas de manque pour cet été. Par mesure de précaution, le gouvernement appelle toutefois chacun à faire des économies, par exemple :

  • En débranchant sa box internet le soir.
  • En privilégiant le mode « éco » du lave-linge et du lave-vaisselle.
  • En limitant l’usage du sèche-linge.
  • En baissant la climatisation.

Ces réflexes d’économie d’énergie seront d’autant plus importants dès cet automne, lorsque les Français vont commencer à rallumer leur chauffage. Autre fait à prendre en compte : contrairement aux autres années, la France n’importe presque plus d’électricité. Compte tenu de toutes ces données, l’hiver prochain, des tensions ne sont pas à exclure.

Le conseil de François !
Vous voulez aller encore plus loin dans vos économies et réduire vos factures d’énergie ? Comptez sur notre comparateur d’offres en ligne lesfurets et souscrivez le contrat le plus avantageux, en prix et en services !
Comparer les offres
Partager sur
Comparer les offres