Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Partager sur

Changement d’heure : un peu d’historique

Après une première évocation du concept en 1784 et les quelques applications initiales durant les deux guerres mondiales, le changement d’heure a été entériné en 1976 par Valéry Giscard d’Estaing suite au choc pétrolier de 1973-1974.

Avec l’augmentation des prix de l’énergie, le changement d’heure permettait ainsi d’encourager l’économie d’énergie. Cette alternance entre heure d’été et heure d’hiver doit justement permettre de caler les heures d’activités sur les heures d’ensoleillement, limitant l’utilisation de l’éclairage artificiel. La tradition est depuis restée et est toujours d’actualité. Mais est-ce bien encore le cas ?

Deux changement d’heure par an

Jusqu’à maintenant, deux changements d’heure interviennent par an. Le passage à l’heure d’été se déroule le dernier dimanche de mars tandis que le passage à l’heure d’hiver se tient le dernier dimanche d’octobre.

À l’heure d’été, on avance d’une heure afin de rallonger les périodes d’ensoleillement en fin de journée : on passe de 2 heures du matin à 3 heures. Pour l’heure d’hiver, en revanche, on recule d’une heure et on passe de 3 heures à 2 heures.

Voici ce qui est habituellement prévu, mais cela risque-t-il de changer ?

La fin du changement d’heure pour 2021

C’est justement dans la nuit du 24 au 25 octobre 2020 que doit se dérouler le prochain passage à l’heure d’hiver. Il fera donc nuit plus tôt mais l’ensoleillement arrivera bien plus vite le matin, réduisant le recours à l’éclairage en début de journée. C’est l’inverse durant l’heure d’été.

Cependant, ce mécanisme risque bientôt de ne plus avoir lieu. Poussé par 4,2 millions d’européens qui souhaitaient mettre fin à ce changement d’heure, le Parlement Européen avait approuvé en 2019 la demande de suppression de ce dispositif pour 2021. Chaque pays se devait alors de choisir l’heure qu’il préférait garder : soit celle d’été, soit celle d’hiver.

Les pays membres de l’UE devaient se prononcer sur leur heure de prédilection en avril 2020 afin de stopper définitivement le changement d’heure dès l’année prochaine. Ainsi, les pays qui conserveraient l’heure d’été n’auraient eu à le faire qu’une dernière fois le 27 mars 2021, alors que la date indiquée pour les partisans de l’heure d’hiver était le 30 octobre 2021.

En sachant que la France se montrait favorable à l’heure d’été malgré le désaccord des chronobiologistes, qui estiment que l’heure d’hiver est plus proche de l’heure solaire, et donc de notre rythme physiologique habituel, où en est-on à l’heure actuelle ?

Une fin du changement d’heure compromise pour 2021 ?

Pour cause de crise sanitaire et de confinement mondial, les pays ne se sont jamais penchés sur la question en avril dernier. Le Conseil européen n’a alors toujours pas donné de date ultérieure afin de traiter le sujet. Afin de confirmer nos craintes, Karima Delli, l’eurodéputée EELV, estimait que la fin du changement d’heure allait « être un peu compromise pour 2021 ».

La fin du changement d’heure ne semble plus être une priorité du Gouvernement pour le moment, à l’heure où la crise sanitaire s’accentue en France. La procédure est donc reportée jusqu’à nouvel ordre mais il y a peu de chance qu’elle intervienne en 2021.

Économie d’énergie et changement d’heure : est-ce encore pertinent ?

La fin du changement d’heure, ce n’est donc pas pour tout de suite, Covid-19 oblige. Mais ce changement d’heure est-il encore pertinent en ce qui concerne son objectif premier, c’est-à-dire l’économie d’énergie ?

Comme vu plus haut, la France se montre favorable à l’heure d’été. Les journées seront donc plus longues, limitant fortement l’usage de l’éclairage artificiel en fin de journée. Mais le problème, c’est que cette économie potentiellement réalisée sera contrebalancée par un ensoleillement plus tardif le matin, et donc une durée d’éclairage plus longue en début de journée.

Quelles économies d’énergie ?

Comparons d’ailleurs : 1200 Gwh/an d’économie en 1996 contre 351 Gwh/an il y a quelques années d’après l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), soit 0,07% de la consommation totale d’électricité ou bien la consommation annuelle d’environ 70 000 foyers. Toujours d’après le même organisme, la projection pour 2030 ferait passer les économies réalisées sous la barre des 300 Gwh/an.

On le voit, il y a eu des économies et il y en aura d’après les prévisions, mais elles sont non seulement en baisse mais également trop peu impactantes pour être réellement efficaces. De nouveaux arguments de poids pour les opposants au changement d’heure !

Quelles sont les limites du changement d’heure ?

Certains éléments tendent en fait à rendre l’effet du changement d’heure sur les économies d’énergie de plus en plus négligeable. C’est par exemple le cas de l’explosion de certaines technologies dans les foyers, comme les ampoules à basse consommation, qui permettent d’importantes économies.

Un autre moyen d’économiser sur sa facture : la comparaison !

Il ne faut donc pas s’attendre à ce que la probable instauration de l’heure d’été vous fasse faire d’importantes économies. D’autres moyens sont possibles et bien plus efficaces à court terme, comme la comparaison.

Le conseil de François !
Sur lesfurets, renseignez vos besoins en énergie pour votre logement et notre comparateur d’énergie en ligne s’occupera de vous proposer l’ensemble des offres des fournisseurs adaptées à votre profil de consommation. En quelques minutes, souscrivez une offre avantageuse et qui vous fera réaliser des économies non négligeables sur votre budget énergie.

Vous avez également la possibilité de souscrire par téléphone au 01 76 24 88 15 (du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi de 10h à 17h).

Comparer les offres
Partager sur
Comparer les offres