MENU

Vous trouvez votre facture d’électricité de plus en plus élevée alors que votre consommation ne change pas ? C’est normal, et la cause principale de cette augmentation provient des taxes, selon l’Observatoire de l’industrie électrique (OIE). Entre 2012 et 2016, les taxes sur l’électricité ont augmenté de 40 %, rapporte Le Parisien. Dans le même temps, les coûts de production (nucléaire, thermique, renouvelable, commercialisation) n’ont augmenté que de 2 %. Quant à l’acheminement via le réseau, son augmentation n’a été que de 5 %.

Une hausse de 650 %

En 2016, les taxes représentaient plus d’un tiers de la facture (35 %), alors que quatre ans plutôt, elles se limitaient à 29 %. Ces taxes sont au nombre de quatre. La plus connue est la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Fixée à 20 % pour l’électricité, elle ne varie pas chaque année, contrairement à la contribution au service public de l’électricité (CSPE). En quinze ans, elle a augmenté de 650 % pour s’établir à 22,5 euros par mégawattheure (MWh) en 2018.

La CSPE représente 37 % de la part des taxes (soit environ 13 % de la facture totale). Reversée au budget général de l’État à hauteur de 7,8 milliards d’euros, elle servait à l’origine à financer le soutien aux énergies renouvelables, ainsi que les dispositifs d’aide aux plus défavorisés, rappelle France Inter.

Les communes à la limite

Une autre taxe vient encore s’ajouter sur l’addition : la taxe sur la consommation finale d’électricité (TCFE). C’est aux communes de fixer son taux, qui ne peut dépasser 9,6€/MWh, un maximum qu’elle frôle très souvent. Elle représente un peu plus de 14 % des taxes (5 % de la facture).

Enfin, il faut compter la contribution tarifaire d’acheminement (CTA). Celle-ci sert à financer une partie du régime des retraites du personnel des industries électriques et gazières et rapporte au total 1,5 milliard d’euros. C’est 6% des taxes, soit 2% de la facture totale. Malgré cette fiscalité en augmentation, l’électricité française est l’une des moins coûteuse d’Europe. La facture est 20 % inférieure à celle de nos voisins européens.

Comparer les offres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres