MENU
Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Comparer les offres
Partager sur

La France, bonnet d’âne de l’énergie ? Le pays doit réduire de 30% sa consommation d’énergie d’ici 2035, estime l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Ademe) dans un rapport publié ce mardi 22 mai. Pour réaliser cette transition énergétique, il faut accélérer l’essor des énergies renouvelables.

Vers une meilleure efficacité énergétique

L’Ademe a tenu compte dans ses calculs de l’évolution de la consommation. Pour réussir ce pari, la France devra doubler la part des énergies renouvelables (EnR) d’ici 2028. « Les énergies renouvelables s’affirment (…) comme les énergies du XXIe siècle. La France a donc tout intérêt à se positionner comme un acteur majeur », assure l’organisme. Cette affirmation intervient dans le cadre d’un débat public sur la politique énergétique du pays.

D’ici la fin de l’année, ces discussions devraient aboutir à l’élaboration d’un texte de loi. Cette Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) doit concrétiser les objectifs de la loi de 2015 sur la transition énergétique. Au programme, baisse de la part du nucléaire et des émissions de gaz à effet de serre. Réduire la consommation d’énergie passe par l’amélioration de l’efficacité énergétique. L’Ademe cible notamment l’industrie, le logement et les transports.

32% d’énergies renouvelables en 2030

Les Français consomment 15% d’EnR, principalement issues des filières bois-énergie et hydroélectricité. D’après l’Ademe, le pays serait en mesure d’atteindre l’objectif prévu dans la loi de transition énergétique. La consommation d’énergie comportera ainsi 32% d’EnR en 2030. Pour ce faire, l’hexagone devra développer « massivement un panel plus large de ressources renouvelables pour couvrir les besoins de chaleur/froid, d’électricité et de carburant ».

Augmenter de +70% de la production EnR par rapport à 2016 ? L’organisme qualifie cet objectif de « techniquement possible et économiquement souhaitable ». L’Ademe suggère d’intégrer un prix du carbone aux énergies fossiles pour favoriser les énergies vertes. L’Ademe met notamment en avant les pompes à chaleur et la biomasse contre les émissions de CO2, l’éolien et le solaire pour l’électricité et la méthanisation pour le biogaz.

Comparer les offres
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres