Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Partager sur

Fin des coupures d’électricité, toutes saisons confondues, chez EDF

Avec la pandémie et, désormais, la guerre en Ukraine, les prix de l’énergie atteignent régulièrement de nouveaux records. Dans ce contexte, de plus en plus de ménages ont du mal à joindre les deux bouts et à régler, en temps et en heure, leurs factures d’énergie.

Selon le médiateur national de l’énergie, en 2021, pas moins de 254 000 foyers français ont subi une coupure d’électricité parce qu’ils ne payaient pas leurs factures.

Avant, EDF ne pouvait pas couper l’électricité durant la trêve hivernale : chaque année du 1er novembre au 31 mars. Mais, les 7 autres mois de l’année, les ménages en situation de précarité énergétique s’exposaient à une coupure de l’alimentation en électricité de leur logement s’ils ne réglaient pas leurs factures.

Qu’en est-il cette année ? Depuis le 31 mars 2022, et la fin de la trêve hivernale, c’est confirmé : EDF met définitivement fin aux coupures d’électricité pour impayés, quelle que soit la saison.

Les coupures remplacées par une limitation de puissance

Désormais, pour les ménages concernés, EDF limitera systématiquement la puissance du compteur à 1 kilovoltampère (kVA), soit 1000 watts. Plüm, fournisseur d’électricité verte, a pris le même engagement. Engie, de son côté, s’est engagé à « déployer massivement les réductions de puissance à 1 kVA dès ce printemps 2022 ».

Cette puissance de 1 kVA est bien moins élevée que la moyenne, la plupart des particuliers ayant un compteur en 6 kVA, voire 9 kVA. Elle suffit donc à couvrir les besoins les plus élémentaires comme :

  • Faire fonctionner votre réfrigérateur.
  • Faire tourner votre lave-linge.
  • Vous éclairer.
  • Recharger votre téléphone.

Pour les postes les plus gourmands en énergie comme le chauffage c’est plus compliqué.

Est-ce qu’il n’y aura plus jamais de coupures d’électricité pour impayés ?

Cette puissance minimale d’1 kVA vous sera imposée tant que vous n’aurez pas payé vos factures et régularisé votre situation. Elle est donc, a priori, sans limite de temps. La démarche a été saluée par les associations de lutte contre la précarité qui militent de longue date en ce sens. Mais une mesure gouvernementale pourrait tout changer…

En effet, selon Manuel Domergue, directeur des études de la fondation Abbé Pierre, un décret serait en préparation pour encadrer ce service minimum. Il serait question, pour les ménages les plus modestes (qui perçoivent le chèque énergie), de fixer un délai de deux mois au-delà duquel l’électricité pourrait être coupée en l’absence de régularisation. Affaire à suivre…

Le conseil de François !
Comparer les fournisseurs d’énergie pour payer moins cher reste, aujourd’hui, le meilleur moyen de réduire les risques d’impayés. Avec lesfurets, cela vous prendra deux minutes, montre en main !
Comparer les offres
Partager sur
Comparer les offres