MENU

Et si la France devenait autonome en gaz ? Notre pays possède les ressources et les infrastructures pour produire un gaz 100% renouvelable d’ici 2050. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), GRDF et GRTgaz ont publié ce mardi une étude sur la viabilité d’un tel projet.

Un potentiel « très important »

Le gaz renouvelable couvre environ 0,01% de nos besoins actuels, précise Actu-Environnement. Mobilisation des ressources (déchets agricoles, alimentaires, résidus de bois, etc.), technologies de production et répartition des coûts… L’Ademe a étudié tous les aspects d’une consommation de gaz 100% renouvelable. « Le gisement de gaz renouvelable injectable estimé 460 térawattheures (TWh) pourrait couvrir entièrement la demande de gaz en France à l’horizon 2050 » conclut l’organisme.

460 TWh correspond à notre consommation actuelle de gaz naturel. « On a un potentiel de gaz renouvelable très important, sans commune mesure avec ce qu’on exploite aujourd’hui » assure Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe. En parallèle, la consommation devrait décroître pour atteindre entre 276 et 361 Twh. Dans tous les cas de figure envisagés par l’Ademe, la France renforcerait son indépendance énergétique et améliorerait sa balance commerciale.

8 000 méthaniseurs sur le territoire

Déjà mature, notre système de méthanisation devrait compter pour 30% de la production de gaz (décomposition des déchets agricoles, alimentaires et des boues d’épuration). Le procédé de pyrogazéification (à partir de copeaux bois ou de déchets conditionnés) doit encore être perfectionné. Il devrait assurer 40% de notre consommation de gaz. Enfin, la filière dite « power-to-gas » (production d’hydrogène, puis de méthane, à partir d’électricité) fournirait les 30% restants.

En 2050, un mégawattheure (MWh) devrait coûter entre 118 et 132 euros. C’est énorme par rapport à au prix actuel du gaz naturel, entre 20 à 25 euros/MWh. L’étude table cependant sur une augmentation de ce prix (42 euros/MWh) et de la taxe carbone (200 euros/tCO2 soit 86 euros/MWh). L’Ademe envisage d’installer environ 10 000 unités de production sur le territoire, dont environ 8 000 méthaniseurs. Pour l’heure, ces projets soulèvent de vives contestations locales.

Comparer les offres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres