MENU

Bonjour Nicolas. Peux-tu tout d’abord te présenter, puis présenter ensuite ton entreprise et son activité ?

Bonjour à toi. En fait, cela fait 20 ans que je suis dans le monde de l’énergie, avec une formation d’électricien à la base. Après un travail dans les années 90 au sein de centrales solaires, j’ai rejoint dès 2002 l’équipe de Charles Beigbeder, qui avait fondé à l’époque le fournisseur d’électricité Poweo. En 2007, je créé Planète Oui, fournisseur d’électricité verte, que j’ai cédé en 2016. Désormais, je ne vis que pour Élécocité, qui est apparu sur le marché en juin 2018 grâce à mon association avec l’autre co-fondateur de la société, Philippe.

Élécocité est donc un jeune fournisseur d’électricité, et qui a la volonté de s’approprier la transition énergétique et de redonner le pouvoir aux citoyens en finançant des projets entièrement liés au développement durable.

Merci de ta présentation. Et justement, parlons peu, parlons bien. En quoi consiste l’ensemble du concept d’Élécocité ?

Élécocité propose avant tout des offres tournées vers l’électricité verte. Mais ce que l’on va avoir de différent, c’est que le consommateur, dès la souscription, verra une partie de sa facture financer un projet de développement durable que nous soutenons et proposons sur notre site. Ainsi, le citoyen aura la capacité de participer activement à un véritable effort environnemental, qu’il aura choisi en amont, au moment de la signature de son contrat. Il aura l’entière liberté de choisir ce pour quoi il veut se battre.

Une première offre va lui permettre d’investir 2% de sa facture dans un projet de son choix, tout en payant 3% moins cher qu’EDF en ce qui concerne le prix du kWh. Le deuxième tarif consiste à investir 10% du montant de sa facture, mais en payant 3,7% plus cher qu’EDF.

Ce qu’il est très important de comprendre, c’est que cette idée part d’une volonté d’Élécocité à bien expliquer le concept d’électricité verte aux consommateurs. Et ce que ces derniers doivent bien saisir, c’est qu’ils doivent être conscients du fait que, si leur consommation est en effet verte, cela veut donc dire qu’elle permet un investissement dans les énergies renouvelables. Consommer vert, c’est bien, mais chez elecocite.fr, on en fait plus et on montre bien à nos clients qu’un investissement est fait dans le secteur du développement durable et des énergies propres. L’existence des différents projets environnementaux sur notre site est bien la preuve que le consommateur participera activement, avec nous, à l’effort de transition énergétique.

Justement, je souhaite soumettre un projet à Élécocité. Comment cela se déroule-t-il ?

Il suffit de déposer directement votre projet sur notre site. Un formulaire devra être renseigné afin que l’on puisse avoir une idée de ce que vous souhaitez réaliser. Selon la maturité du projet, on vous accompagnera afin de construire votre projet ou bien pour le finaliser et le mettre en ligne sur notre site assez rapidement. Ce qui est important à retenir, c’est notre accompagnement dans l’aboutissement du projet.

L’objectif est alors d’ouvrir un maximum les publics visés, même si on essaye de cibler les associations car elles demeurent mieux structurées, ce qui fait que ce sera plus facile de mettre en oeuvre un projet. Mais les porteurs de projets peuvent être des particuliers, des entreprises…

Où sont situés majoritairement ces différents projets que vous soutenez ?

Il faut avant tout que le consommateur s’approprie doucement le sujet, donc on encourage d’abord des projets sur l’ensemble du territoire français, à une échelle locale.

On en a également beaucoup en Afrique. La problématique climatique dans le monde est liée aux pays en voie de développement, et il faut à tout prix faciliter dans ces régions-là la mise en oeuvre d’une stratégie de production d’électricité grâce aux énergies renouvelables. De très belles opportunités de croissance sont présentes sur ce continent-là, il faut en profiter.

Disposez-vous d’une stratégie sur les réseaux sociaux ou sur des plateformes de partage comme YouTube ?

Il est vrai que notre métier, chez Élécocité, est particulièrement social, étant donné que nous avons une offre écologique et citoyenne très engagée, accessible à tous. Dans notre société, l’énergie concerne tout le monde au quotidien. C’est pourquoi il nous est nécessaire d’expliquer un maximum de choses au consommateur et d’être là pour lui. On est donc présent via une chaîne YouTube, qui va d’abord nous permettre d’introduire les projets que l’on finance. D’autres vidéos viendront ensuite et aborderont le métier propre de fournisseur d’électricité, un métier qui est méconnu du grand public mais qui mérite d’être écouté par le consommateur, pour peu qu’il veuille écouter.

On a également une page Facebook, mais on n’aura pas réellement d’action particulière à mettre en place dessus. YouTube sera surtout essentiel pour relayer nos vidéos.

Raconte-nous un peu la réflexion de l’entreprise en ce qui concerne votre logo ?

Pour la petite histoire, le terme Élécocité vient de la contraction entre les mots « électricité », « écologique » et citoyenne ». On était ensuite sur la réflexion de l’électron et sur comment l’on pourrait visualiser, au travers d’un seul logo, le métier de l’électricité. On a trouvé que l’idée de 3 électrons de différentes couleurs et arrondis pourraient bien représenter ce concept-là.

Quels sont selon toi les principaux facteurs de réussite de l’entrepreneuriat ? Quels conseils pourrais-tu donner à quelqu’un qui souhaite se lancer et fonder sa propre entreprise ?

Une chose est sûre : cela restera toujours très risqué de fonder une entreprise. On joue gros. Il est donc vraiment très important d’assurer ses arrières et d’avoir suffisamment anticipé en amont pour pouvoir rebondir en cas d’échec, que ce soit financièrement ou en termes de projet. Il faut surtout avoir conscience des risques, et du fait qu’une création d’entreprise, même si le projet paraît sympathique et très motivant au premier abord, peut se finir de manière dramatique, comme j’ai pu parfois le voir autour de moi.

L’entrepreneuriat est un mode de vie, un véritable choix. En tant que directeur, il faut pouvoir accorder 100%, voire 200%, de son temps pour sa propre boîte. C’est un investissement de tous les jours. Il faut s’y préparer et en être conscient. D’autant plus que chez Élécocité, on a la chance d’avoir une activité qui prépare l’avenir et qui, selon moi, correspond à l’attente de beaucoup de français.

Nicolas Milko, co-fondateur d'Elecocité

Vous êtes nouveau dans un marché assez concurrentiel depuis 2007 et l’ouverture du secteur de l’énergie aux fournisseurs alternatifs. Pensez-vous que votre concept vous aidera à grandir et à gagner en notoriété ? 

Bien sûr. Et d’ailleurs, cela rejoint ta précédente question, du fait qu’il faut être toujours convaincu à 100% de ce que l’on fait lorsque l’on souhaite se lancer. En fait, on demeure très confiant chez Élécocité parce que, selon nous, il n’y aucun frein à être une petite structure. Désormais, le consommateur dispose d’une liberté assez conséquente pour choisir son offre dans ce secteur, et ce suffisamment pour comprendre qu’il n’y a pas réellement de différence entre un gros acteur et un petit. Il faut simplement que l’idée proposée par l’entreprise soit bonne. Chez Élécocité, cela se vérifiera avec le temps.

Justement, où vous voyez-vous dans 5 ou 10 ans ?

On fera une progression par étape, sans compliquer les choses. D’abord, on voudrait atteindre la barre des 100 000 clients, puis ensuite le million de clients, etc. On espère que dans 10 ans, Élécocité aura pris une place prépondérante sur le marché français, de telle façon à ce que l’énergie citoyenne soit un levier décisif pour la transition énergétique et la sensibilisation environnementale en France. Si Élécocité prend de l’ampleur en une décennie, cela voudra donc dire que les citoyens auront choisi de s’exprimer à travers nos offres et de montrer leur intention de se tourner vers une politique de développement durable.

Pour finir, as-tu une citation ou un proverbe qui vous est cher chez Élécocité ?

Je te citerai sans hésiter les termes inscrits sur notre site, du philosophe Sénèque : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles. »

Il faut que les citoyens osent. Il faut qu’ils s’aperçoivent qu’ils ont un véritable pouvoir de décision sur ce qui peut être fait au niveau national, et surtout sur l’aspect environnemental.

Et justement, pour se mettre à l’énergie verte, il n’est jamais trop tard ! Découvrir, tester, comparer, changer… Tout est possible !

Simuler mes économies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Simuler mes économies