MENU
Comparateur d'énergie
Changez de fournisseur avec notre comparateur d'énergie
Comparer les offres
Partager sur

Après 13 ans d’incertitude et de bataille économique, la Saur peut enfin croire à un avenir meilleur. Le numéro trois de la distribution d’eau en France sera prochainement racheté par EQT Infrastructure, un fonds suédois basé au Luxembourg, pour plus de 1,5 milliard d’euros, a annoncé le conseil de surveillance lundi 23 juillet. L’affaire devrait se concrétiser en novembre, après le feu vert de l’État pour cette transaction.

Des années d’incertitude

Acteur majeur dans la distribution d’eau derrière Veolia et Suez, Saur a un passé tumultueux. Depuis 2005, l’entreprise est passée entre les mains de trois groupes d’actionnaires différents. Vendue par Bouygues à PAI Partners, elle a rapidement été revendue en 2007 à un consortium d’actionnaires de la Caisse des dépôts et allocations pour 2,5 milliards d’euros.

Mais l’opération, effectuée sous forme de LBO (« leveraged buy-out »), alourdit la dette déjà sévère de Saur. La crise financière n’arrange rien, et une bataille s’engage entre les actionnaires et les créanciers du distributeur. Depuis 2013, les deux groupes se sont mis d’accord pour tenter de trouver un repreneur sain à la Saur – ce qui est désormais chose faite.

Un niveau de dette « prudent »

« Nous ne voulions surtout pas réendetter la société », souligne Louis-Roch Burgard, président exécutif de la Saur. « Après l’opération, la Saur aura une dette équivalente à ses capitaux propres, et représentant un peu plus de 4,5 fois l’excédent brut d’exploitation, comme aujourd’hui. Cela paraît tout à fait raisonnable ». À ses yeux, ce rachat par EQT, un actionnaire « avec de très forces racines et compétences industrielles », est une « excellente nouvelle ».

Le fonds suédois s’est, dans la négociation, engagé à maintenir certains centres de décision de la Saur en France et à soutenir un plan de développement initié par les dirigeants jusqu’en 2022. Conscient du passé houleux de l’entreprise, EQT Infrastructures a notamment précisé qu’il s’attacherait à maintenir un niveau de dette « prudent ». L’ambition : passer de 1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires actuellement à 2 milliards d’ici à 2022. Les paris sont ouverts.

Comparer les offres
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres