MENU

Souhaitant accélérer la transition énergétique en France, le Gouvernement a alloué 14 milliards d’euros au Plan de rénovation énergétique des bâtiments. Il ambitionne alors de diviser par deux le nombre de passoires énergétiques présentes dans l’Hexagone d’ici 2022.

Chèque énergie : ce qui change en 2019

Le chèque énergie est une aide accordée aux foyers les plus modestes afin de leur permettre de payer leurs factures énergétiques, et ce quel que soit leur fournisseur d’énergie. Généralisé à la France entière au 1er janvier 2018, ce coup de pouce financier dispose désormais d’un montant qui a augmenté pour 2019 : ce dernier variera entre 48 et 277 euros, avec une moyenne accordée de 200 euros. Au total, c’est 740 millions d’euros qui seront émis, contre 560 millions en 2018.

Mais surtout, il bénéficiera à un nombre plus important de foyers en 2019 : 2,2 millions de ménages supplémentaires pourront en profiter cette année, pour atteindre 5,8 millions de foyers au total. Ils sont valables un an et sont envoyés entre fin mars et fin avril, selon le département.

Côté plafonds d’attribution, ils sont revus à la hausse : 10 700 euros pour une personne et 16 050 euros pour un couple, contre respectivement en 2018 7 700 et 11 550 euros.

Régi par certaines conditions et octroyé aux ménages selon leur Revenu Fiscal de Référence (RFR) et leur composition, le chèque énergie, en plus de concerner le gaz et l’électricité, est désormais adapté à d’autres types de consommation énergétique :

  • le fioul
  • le bois de chauffage
  • le propane
  • le charbon

Le chèque énergie peut également aider au financement d’une partie d’un projet de travaux de rénovation énergétique : il vient donc en complément du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).

Pour plus d’infos, voir notre guide sur le chèque énergie.

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) en 2019

Le CITE est une aide de l’État permettant de déduire de son impôt sur le revenu une certaine partie des dépenses engendrées par vos travaux de rénovation énergétique. Autrement dit, il s’agit d’encourager les ménages français à réaliser des travaux « verts » afin d’accélérer le développement durable et de l’ancrer dans les consciences.

Le CITE est finalement prolongé pour l’année 2019. Sa conversion en une simple prime, comme l’avait prévu l’ancien ministre de la Transition Écologique et Solidaire Nicolas Hulot, est repoussée à 2020.

Ces travaux portant essentiellement sur des travaux d’isolation, l’idée du CITE est clairement de sensibiliser les ménages à la réalisation d’économies sur leur facture énergétique. En effet, selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), les maisons non isolées peuvent laisser jusqu’à 10 à 15 % de la chaleur partir vers l’extérieur.

Vous pouvez ainsi bénéficier d’un crédit d’impôt allant jusqu’à 30% des dépenses des travaux. Le montant des dépenses est cependant plafonné à 8 000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour couple, avec une majoration de 400 euros par personne à charge supplémentaire.

En plus des travaux classiques d’isolation des murs, des combles et de la toiture, le CITE s’étend à d’autres types de travaux pour 2019 :

  • l’isolation thermique des fenêtres (remplacement d’un simple vitrage par un double vitrage), au taux de 15% du montant des dépenses pris en compte par l’aide, avec un plafond de 100 euros par fenêtre
  • l’installation d’une chaudière à haute performance énergétique, hors fioul
  • la mise en place d’éléments de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable, avec 30% du montant des dépenses
  • la dépose d’une cuve à fioul, avec 50% du montant des dépenses, sous conditions de ressources de l’anah.

Ces différents travaux doivent obligatoirement être effectués par un professionnel bénéficiant de la mention RGE (Reconnus Garants de l’Environnement), à l’exception de la dépose de la cuve.

Pour être éligible, vous devez être fiscalisé domicilié en France, être propriétaire, locataire ou bien occupant à titre gratuit, mais quelques conditions sont également nécessaires en ce qui concerne votre logement. Il doit être :

  • un appartement ou une maison individuelle
  • une résidence principale
  • achevé depuis au moins deux ans avant le début des travaux

N’oubliez pas que le CITE est cumulable avec l’éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro).

Pour en savoir plus sur le CITE, n’hésitez pas à consulter notre guide sur les travaux de rénovation énergétique.
aide rénovation énergétique

L’éco-prêt à taux zéro, prolongé jusqu’en 2021, devient plus accessible

L’éco-prêt à taux zéro est un emprunt sans intérêt qui va vous servir à financer des travaux d’ordre énergétique dans votre logement (isolation, installation d’un chauffage ou production d’eau chaude). Accessible aux bailleurs ou aux propriétaires occupants, il est plafonné à un montant maximum de 30 000 euros, et la durée d’emprunt est fixée à 10 ans (15 ans pour les travaux les plus lourds).

Cependant, l’aide est prolongée jusqu’en 2021 et évolue sur certains éléments dès 2019 afin de devenir plus simple, avec entre autres :

  • la condition du bouquet de travaux est désormais plus souple, avec la possibilité désormais de ne réaliser qu’une seule opération éligible sur les 6, en lieu et place de 2 auparavant. Applicable dès le 1er mars 2019.
  • une uniformisation de la durée d’emprunt à 15 ans.
  • une étendue des travaux d’isolation aux planchers bas.

Pour en savoir plus, lire notre guide dédié sur l’éco-prêt à taux zéro.

La TVA à 5,5 % prolongée en 2019

La TVA à taux réduit de 5,5% concerne les travaux de rénovation énergétique d’un logement, et est applicable sur le montant HT de ces mêmes travaux. Cette aide est censée encourager les ménages à se lancer dans l’aventure. Bonne nouvelle, donc : le taux de 5,5% est ainsi maintenu pour 2019.

Plusieurs types de travaux sont touchés par cette TVA, comme :

  • l’installation d’une chaudière à condensation
  • l’installation d’un appareil de régulation de chauffage
  • l’installation d’un appareil producteur d’énergie et utilisant une énergie renouvelable
  • les travaux d’isolation des murs, des combles, de la toiture, des fenêtres…

Pour être éligible à cette aide de la TVA, il faut que :

  • les travaux soient réalisés par des professionnels (matière première, fourniture, main d’oeuvre)
  • le logement soit terminé depuis au moins deux ans
  • le logement soit à usage d’habitation (maison individuelle, logements de fonction…), pour une résidence principale ou secondaire

La prime énergie

La prime énergie, maintenue jusqu’au 31 décembre 2020 à cause de son succès, est une aide financière octroyée aux ménages souhaitant réaliser chez eux des travaux de rénovation énergétique. Cette prime en euros est versée au demandeur à la suite de la réalisation des travaux, sous condition de la validation de son dossier.

Depuis le 19 janvier 2019, la prime énergie est désormais ouverte à tout le monde, qu’ils soient locataires ou propriétaires, que ce soit pour des résidences principales ou secondaires (dont la construction a été achevée il y a au moins deux ans). Cependant, les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE. Ces travaux doivent d’ailleurs concerner principalement deux types de travaux : la réalisation d’une isolation des combles et/ou de la toiture, mais aussi le remplacement d’une chaudière au fioul par un équipement plus performant et utilisant une source d’énergie renouvelable.

Concernant les montants accordés par la prime énergie, l’entrée en vigueur de la nouvelle prime énergie le 19 janvier 2019 a effacé la distinction entre ménages modestes et ménages très modestes. Désormais, il n’y a que des ménages modestes. Il faut alors savoir que le montant de la prime énergie dépend :

  • du lieu d’habitation et du plafond de revenus associé à la zone géographique
  • du type de travaux réalisés
  • de la composition du ménage
  • du Revenu Fiscal de Référence

La prime énergie est cumulable avec le CITE, l’éco-prêt PTZ et la TVA à 5,5%. Par contre, elle n’est pas cumulable avec les aides Habiter Mieux de l’Anah.

Pour plus s’informer, lire notre guide dédié sur la prime énergie.
aide énergétique

Les aides de l’Anah

L’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) propose également de son côté certaines aides financières pour faciliter vos travaux de rénovation énergétique. Pour un propriétaire occupant, par exemple, l’organisme propose deux offres auxquelles vous pouvez adhérer, à condition que vos travaux apportent un gain énergétique d’au moins 25% :

  • Habiter Mieux Sérénité, qui vous permet, en fonction de vos ressources, de bénéficier d’une aide égale à 50% du montant total des travaux, soit 10 000 euros maximum (pour les ressources très modestes), ou bien égale à 35% du montant, soit 7 000 euros maximum (pour les ressources modestes).

Si vos travaux permettent d’arriver au gain minimum de 25%, l’Anah vous accorde en plus une prime Habiter Mieux 2 dont le plafond maximum va être différent, encore une fois, selon vos ressources. Pour les ressources très modestes, la prime sera de 10% du montant des travaux (2 000 euros maximum), tandis que pour les ressources modestes, elle sera toujours de 10%, mais dans une limite de 1 600 euros.

  • Habiter Mieux Agilité, qui vous permet de bénéficier d’une aide équivalente à 50% du montant total des travaux, soit 10 000 euros maximum (pour les ressources très modestes), ou bien égale à 35% du montant, soit 7 000 euros maximum (pour les ressources modestes). Trois types de travaux sont possibles avec cette offre, pour une maison individuelle : changement de chaudière ou de moyen de chauffage, isolation des murs extérieurs/intérieurs et isolation des combles aménagés/aménageables.

Pour en savoir plus sur les conditions de ressources de l’Anah, voir leur page dédiée.

Les offres Pacte Énergie Solidarité

Pacte Énergie Solidarité est une marque de la société Combles-éco-énergie, elle-même filiale du groupe Effy. Depuis 2012, elle propose, pour les ménages les plus modestes, différentes offres validées par le Gouvernement :

  • une isolation des combles perdus pour 1 euro, incluant une prime Coup de Pouce à 20 € le mètre carré.
  • une isolation des sols et planchers bas (caves, garages, vides sanitaires…) pour 1 euro, avec une prime à 30 € le mètre carré.
  • l’installation d’une chaudière à très haute performance énergétique (THPE), ou chaudière à condensation, à la place d’une chaudière au gaz, au fioul ou au charbon, avec une remise immédiate de 1 200 € (offre Coup de Pouce Chauffage). Un tel remplacement peut vous faire profiter jusqu’à 25 à 35% d’économies.
  • l’installation d’une pompe à chaleur pour un euro symbolique, en lieu et place de votre vieille chaudière au fioul, gaz ou charbon.

Pour bénéficier de ces aides, il vous faut correspondre aux critères de ressources établis par l’Anah (voir lien ci-dessus).

Les aides locales

Il est également possible de vous renseigner auprès de votre collectivité territoriale afin de vérifier votre éligibilité à certaines aides locales concernant des travaux d’économie d’énergie. Les démarches administratives, le type de travaux éligibles ou le plafond maximal de ressources par foyer dépendront alors de la commune.

Réalisez des économies en comparant sur LesFurets.com

Quoi qu’il en soit, et ce peu importe l’aide dont vous pouvez bénéficier, réaliser des économies sur ses dépenses énergétiques reste essentiel. Ainsi, limiter ses frais sur ses factures d’énergie est déjà un grand pas, qu’il est possible de réaliser sur LesFurets.com.

Le conseil d'Hervé !
Parce que des travaux de rénovation énergétique restent complémentaires à une facture économiquement avantageuse, LesFurets.com se tiennent prêts à vous accompagner dans la recherche d’un contrat adapté à vos besoins et à votre budget. Prix de l’abonnement, prix du kWh, tarif indexé ou fixe… Renseignez vos informations personnelles et utilisez notre comparateur d’offres d’énergie pour trouver la formule idéale, au meilleur prix.
Comparer les offres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Comparer les offres