MENU

L’étiquette énergie d’un appareil électroménager

Elle va tout simplement établir l’état de sa consommation énergétique. Commune à tous les pays de l’Union Européenne, elle va permettre au consommateur d’avoir une vision globale sur l’impact environnemental, négatif ou positif, du produit qu’il souhaite acheter.

Les étiquettes énergétiques sont obligatoires pour les appareils de froid ménagers (réfrigérateurs, congélateurs), les appareils de lavage (lave-linge, lave-vaisselle), les fours, les climatiseurs, les hottes, les éclairages (lampes, luminaires), les aspirateurs, les téléviseurs…

Étiquette énergie d’un réfrigérateur

Sur chaque étiquette énergie d’un appareil électrique est systématiquement indiquée :

  • le nom de la marque commerciale
  • la référence du produit
  • la classe énergétique liée au produit
  • la consommation d’énergie moyenne annuelle en kWh (en kWh pour 1 000 heures d’utilisation en ce qui concerne les lampes)

D’autres informations apparaîtront selon le type de produit, comme la consommation annuelle d’eau en litres, le niveau de bruit en décibels ou encore la puissance en watts.

Les classes énergétiques vont déterminer selon un classement de lettres (de A à G, et parfois de A à D) et un code de couleur (du vert au rouge) le rendement énergétique de chaque produit électroménager. Plus il tendra vers du vert et la lettre A, plus il sera économe en énergie. A contrario, plus il aura tendance à pointer vers le rouge et la lettre G, plus il sera gourmand en énergie. Facile à comprendre, donc, la classe énergétique détermine d’un simple coup d’œil l’impact énergétique de votre produit électroménager.

Étiquette énergie d’un lave-vaisselle

3 nouvelles classes énergétiques (A+, A++, A+++) sont apparues afin de classifier des appareils électroménagers de plus en plus performants énergétiquement. Cependant, un nouvel étiquetage énergie arrivera fin 2019 afin de revenir à la classification traditionnelle allant de A à G.

Étiquette énergétique d’un logement : comment ça marche ?

Ce type d’étiquette énergie est destinée à informer de futurs propriétaires ou locataires sur la performance énergétique d’un logement. Indiquée obligatoirement sur toute annonce immobilière depuis le 1er janvier 2011, cette étiquette environnementale, ajoutée à l’étiquette climat, fait partie du diagnostic de performance énergétique (DPE). Ce dernier doit être réalisé avant toute vente ou mise en location d’un logement.

Ainsi, alors que l’étiquette énergie va déterminer via un classement de A à G si le logement est énergivore ou plutôt économe énergétiquement parlant (en kWh EP/m².an), l’étiquette climat va quand à elle afficher le niveau d’émission de gaz à effet de serre du logement (en kg éq/CO2/m².an), toujours selon un classement de A à G.

L’étiquette énergétique d’un logement se base sur la consommation énergétique liée au chauffage, à la climatisation et à la production d’eau chaude sanitaire.

L’étiquette énergie adaptée aux voitures

L’étiquette énergétique est également obligatoire pour tous les véhicules particuliers neufs et va informer le futur acheteur sur le niveau d’émission de CO2 de la voiture.

Exemple d’étiquette énergie Voiture

Elle va alors indiquer :

  • la marque, le modèle et la version de la voiture
  • le carburant utilisé
  • la classe énergétique, de A à G
  • la consommation en carburant, en litres / 100 km ou en mètre cube / 100 km

L’achat d’une voiture peu émettrice de CO2 donne droit au bonus écologique, déduit du prix d’achat du véhicule.

Simuler mes économies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Simuler mes économies